La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Vertige des âmes

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Dominique Aussenac

Tombeau de Greta G.

Premier roman publié à 81 ans, Heureux qui comme Ulysse (Buchet Chastel, 2004) offrait une course déjantée, à pied, à cheval, en corbillard à travers l’ex-Yougoslavie en flammes. Trois ans plus tard, la farce laisse place à la gravité, les âmes slaves à d’autres plus nordiques et Maurice Audebert cisèle une épitaphe aussi somptueuse que personnelle au Tombeau de Greta G. Le narrateur, d’origine viennoise, a été linguiste, pour aujourd’hui développer des clichés de fesses vendues à des collectionneurs. « Les culs, c’est l’égalité, le symbole démocratique par excellence… Monsieur Guilbert, je bois aux culs ! » Il vit dans la solitude qu’il partage toutefois avec cette actrice blafarde que certains traitent de sphinx et qui vient avec le cinéma de recouvrer la parole. Entre eux pas de désir (on saura peut-être pourquoi à la fin de l’ouvrage), du silence, des livres. Audebert donne à Greta G. le droit d’avoir une vie ordinaire, il trace de la star un portrait en creux, fantomatique, remplit le vide autour de son corps. Il dresse plus un cénotaphe, une urne vide pour marins péris en mer qu’un tombeau. Autour de l’absente, il y a Hollywood, sa machinerie, ses cadences infernales, ses potins, ses gloires et déchéances. Il y aussi le monde qui va sombrer dans la barbarie, des mannequins aux pyjamas rayés se profilent à l’horizon. Autour de Greta G., il n’y a en fait que des hommes perdus qui voudraient combler les abîmes de leurs âmes tourmentées. « Dieu n’est qu’un montreur d’ombres et, de ce fait, l’ombre d’un arbre n’est que l’ombre d’une ombre. Pour se convaincre de l’inanité du réel, il suffit de regarder d’un peu près le tableau d’un peintre : alors toutes formes se dissolvent, et se révèle tache ce qui d’abord avait pu sembler forêt ou maison. » Seule ici l’écriture fait corps, matière, les dialogues fusent, sombres.

Tombeau de Greta G. de Maurice Audebert
Actes Sud, 127 pages, 15

Vertige des âmes Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €