La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Deligny, franc-tireur

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Dominique Aussenac

L’éducation n’a pas toujours été qu’une vulgaire marchandise. Certains ont imaginé d’autres rapports à l’autre, à la marge, à la folie. Parmi eux, le discret Fernand Deligny (1913-1996), à la fois pédagogue innovant, penseur libertaire, écrivain de l’autisme et cinéaste. Sa carrière d’éducateur débute pendant la guerre avec de jeunes délinquants. Sous les bombardements, à l’asile d’Armentières, il supprime les sanctions. Entouré d’ouvriers au chômage, d’artisans, d’anciens détenus, promus éducateurs, il encourage les sorties et la pratique sportive. Petit à petit, il délaisse l’Institution pour créer des lieux de vie plus ou moins autonomes, ce qui l’amène à travailler avec des autistes en « besoin impérieux d’immuable ». Il consignera ses expériences, ses rencontres dans des livres. Dans le plus connu, Graine de crapule, il affirme : « Je n’ai pas l’intention d’éduquer qui que ce soit, j’ai l’intention de créer des circonstances favorables pour qu’ils s’en tirent et pour qu’ils vivent ». Précurseur de l’antipsychiatrie, des communautés thérapeutiques visant à supprimer l’enfermement, Fernand Deligny fut un grand lecteur de Michaux, Henri Wallon ou Jean-Henri Fabre. Si à la fin de sa vie il cultiva une conception plus éthologique de l’humain, il trempa toujours sa plume vive, critique, réaliste dans un encrier de tendresse et de poésie. En témoignent ses vingt ouvrages agrémentés de photos et de dessins réédités en un seul volume par une jeune maison d’édition qui lui rend ainsi un brillant hommage. (Œuvres de Fernand Deligny, L’Arachnéen, 1848 pages, 58 (www.editions-arachneen.fr) D.A.

Deligny, franc-tireur Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.
LMDA PDF n°89 - 4.00 €