La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Suppositions

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Anthony Dufraisse

Où Jacques Jouet, en maître oulipien, philosophe à sa manière, entre pensée de l’expression et expression de la pensée.

À supposer ...

À proprement parler ce n’est ni un texte d’un seul tenant ni un recueil de textes. Il existe bien une forme philosophique, les scolies, mais cette forme-là ne saurait exactement définir ces « petites choses verbales », à mi-chemin de l’essai et du poème (ce dernier vocable désignant une attention soutenue au langage plutôt que la caractérisation scolaire d’une écriture). Si le genre de ces écrits reste relativement indéterminé, en revanche l’on sait avoir affaire avec la philosophie. Encore que cela aussi mérite d’être explicité. En acceptant la commande de l’éditeur Benoît Casas, Jacques Jouet a d’entrée de jeu posé ses conditions, en souvenir, de son propre aveu, d’une expérience de jeunesse « personnellement douloureuse et désastreuse » de la philosophie : « Ce mode d’investigation de la pensée par la pensée ne peut m’apparaître mien que sous les espèces de rares éclats ». Qu’on ne s’attende donc pas ici à l’élaboration de quelque système mastoc, à la construction d’une machinerie avec tuyauterie conceptuelle et gros boulons rhétoriques, encore moins à quelque casuistique. Non, point de « doctrine » ici, c’est à peine si le tout, fait d’esquisses, d’approches, d’éclaircissements, de digressions et de clarifications, constitue un « ensemble articulé ». À chaque développement (il y en a 36) son sujet, soit, en vrac : la notion de genre en littérature, le phénomène du roman (dit) populaire, l’autofiction, le lyrisme, mais aussi, et au-delà des faits de langue chers, on le sait, à Jouet, l’utopie républicaine, la double nationalité, le passéisme et même la photogénie. C’est dire la variété des objets d’études. Si les pièces sont certes détachées, elles ont en commun cependant une même contrainte de départ, à savoir le recours à ce que Jouet, en oulipien émérite, appelle un « démarreur » : c’est le A supposer du titre. Toutes les pages commencent ainsi, ce « début ne souffrant pas d’hésitation » et, toujours, cette répétition donne le ton. Il est un autre point commun à noter : formellement, chaque texte se compose d’une « longue phrase unique », ainsi perçue par l’auteur : « bonne phrase, constructible, construite et constructive, une seule phrase bien méandreuse, anastomosée, futile, dont la seule gloire ambitionnée serait de parvenir à ressembler, comme deux gouttes d’eau se ressemblent, à un corps intègre autant que traversé, sûr de lui-même autant que visité, non défensif, c’est-à-dire le contraire du hérisson des départementales qui ne connaîtra jamais de la roue que le côté le pire, et qui finira par s’imposer, notamment par son rythme sans pareil qui ne sera définissable qu’en référence à un autre A supposer… »
Parenthèses, tirets, incises, les phrases à rallonge de Jouet jouent la prolongation, étirées comme le serait une pâte sous le rouleau du pizzaïolo. Où se niche autant l’originalité du style que, avouons-le, une certaine difficulté parfois. Ce n’est qu’après une phase d’adaptation, la forme surmontée, enfin devenue familière, que le lecteur peut pleinement en profiter. Les textes de Jouet, dans la façon toute particulière qu’ils ont donc de se donner à lire, pourraient tout à fait, pour les décrire, appeler cette expression de « prose pensive » qu’un Michel Deguy par exemple applique aux siens. À cette économie discursive s’arrête la comparaison, Jouet ne dédaignant par une certaine désinvolture : derrière « l’apocope potachique philo », il entend ainsi son anagramme « pholi ». Attention, cela ne signifie pas qu’il philosophe pour rire, non ; cela veut dire qu’il s’autorise une pleine et entière liberté de ton. Que montre, finalement, la méthodologie de Jouet ? Que la contrainte, loin d’être contrariante, est féconde et accueillante. L’écriture sous contrainte permet la création de ce qu’on pourrait appeler une intelligibilité stylisée. Par cette « interrogation de la pensée dans une forme contrainte », Jouet prouve encore une fois que l’exercice d’écriture et l’expérience de la pensée peuvent n’être qu’une seule et même chose. « Forme sensée, sens formé ».

A supposer…
Jacques Jouet
Éditions Nous
45 pages, 12

Suppositions Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.