La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Dénuder jusqu’au poème

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Marta Krol

Articuler, rendre solidaire, faire fonctionner, conférer un sens : Claude Royet-Journoud pense la préposition pour penser la poésie.

Théorie des prépositions

La Poésie entière est préposition

Écrire, c’est être capable de montrer l’anatomie. Il faut aller jusqu’au bout du littéral », lit-on parmi les observations et aphorismes qui forment La Poésie entière est préposition, sorte de petite poétique personnelle d’un écrivain qui n’a pas besoin de préciser qu’il « affectionne Aristote et Wittgenstein ». La première phrase citée exprime sans doute le mieux ce en quoi l’écriture est un acte grave : sa précision ( « La minutie me fascine » ) et sa capacité à éliminer « le muscle » doivent être telles qu’apparaisse la structure même, la charpente irréductible de sens. Pour cela, la voix n’aide guère, pire : « la voix dissimule/ un état d’apesanteur », et l’apesanteur est l’antithèse de ce à quoi le poème aspire.
En effet, une seule chose compte pour Royet-Journoud : la matière, le corps, le corps du poème dans l’espace, le poème qui se fait corps et qui de ce fait a lieu, qui s’étend dans sa matérialité, qui pèse dans le monde : « L’envie de voir le dessin du poème plutôt que le poème. Sentir son poids sur le papier ». Aussi se développe-t-il un fantasme de la forme du livre qui se détache du poète et existe dans l’espace sans appartenir à quiconque ; fantasme d’un espace qui retiendrait une partie des énergies traversant le texte qu’il abrite ; d’un monde qui se trouverait changé, localement modifié par la répétition d’un mot. Car, dit un poème dans une saisie clairvoyante, « La répétition est déplacement/ du bord visible ». Quant au texte, il a « une peau, un épiderme » ; l’emplacement de ses parties en est une caractéristique morphologique majeure ; l’italique est un « caractère phallique » qui « déchire la page ». Le poème, encore une fois, échappe au poète ; non pas à cause de profondeurs insondables de ses métaphores, - en effet, difficile de surprendre l’auteur se laisser aller à l’approximation décorative, et on approuve sans réserve l’exclamation : « Fonder un réel sur du métaphorique ! Je préfère la surface, le plat et pour tout dire la platitude puisqu’elle seule met le monde en demeure de nous répondre ». Mais, au rebours des idéologies archéologiques de tout poil, le poème est ce qui s’exhibe, l’espace où l’accident affleure, à sa surface même, en déterminant sa forme et sa lisibilité : « Chercher les accidents que la langue ne cesse de provoquer au-dessous de la surface. » On comprend que le poète explore les concepts du bord, de la frontière, de la peau, de l’autre côté, lieux du basculement ou de la disjonction entre le monde et le langage, indépassables mais là encore fantasmés : « Imperceptible et non séparable, l’autre côté de la main repose dans le noir ».
Le recueil de poèmes chez P.O.L est tout entier soutenu par le vœu d’une assimilation ontologique entre le corps et le mot, entre le signe et le monde. Non pas pour que tout soit un ; mais que les mots viennent à habiter le monde, « se placer dans l’angle », que « deux mots se cristallisent dans l’espace », que les lèvres « se posent sur le nom ». Par conséquent et en continuité avec les recueils précédents, se déploie une tentative de topologie poétique, autour des termes de localisation, de place, de déplacement, de situation, de gauche et de droite, de chute (fléchissement, soubassement) et de mouvement : « L’emplacement de l’objet importe plus/ que l’objet ». Et, bien sûr, autour de l’articulation, dont la « préposition » des titres (mais aussi, dans les textes, poignet, hanche, cheville) est une fertile métonymie. « J’aimerais vraiment m’expliquer ce qui se passe »avant« et »après" la préposition. Pourquoi cette aimantation du sens dans l’articulation même », s’interroge Royet-Journoud pour, plus loin, se risquer : « Le sens afflue dans la préposition ». Lieu mince où sait se tenir l’enfant, figure archétypale et/ou biographique, toujours à la surface, collé à la vitre, toujours à disposer et à déplacer mots et objets, l’enfant au dos noir, discret et attention : « cet enfant est mon père ».

Claude Royet-Journoud
Théorie des
prépositions

P.O.L
76 pages, 11
La Poésie entiÈre
est préposition

Éric Pesty Éditeur
43 pages, 12

Dénuder jusqu’au poème Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.