La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Viande et fourbi

février 2008 | Le Matricule des Anges n°90 | par Richard Blin

Toute grande poésie relève d’un sens du lieu et de la formule, ce qui exclut les poètes qui se regardent au profit de ceux qui regardent et cherchent à capter la musique de fond de la vie. Car « vivre est émouvant, et la poésie n’est pas autre chose que le relevé sec, tranchant, impitoyable, de cette émotion sans équivalent immédiat », selon Georges Perros, qu’Henri Droguet cite en exergue de son dernier livre. Off, c’est la toujours même singulière expérience d’un homme - « l’animal effarant à casquette et quatre deux/ puis trois ou pas pattes l’homme qui/ a vu l’homme qui a vu… sa godaille/ ses forgeries menteries bababils bababels/ à rabâchis » - disposant d’un corps qu’il sait exposé, précaire, voué à la finitude, comme à l’éclat fusillant du désir. C’est pourquoi les mots d’Henri Droguet vont nus et vulnérables parmi les arêtes vives du réel, le vent qui « rous/ caille au cul désidéré/ du ciel », « l’intempestif vacarme des goélands fienteurs/ qui maculent un calvaire de fonte oxydée ».
Une traversée à neuf de ce qui ne s’offre que pour se dérober. Une façon de traiter le mal par le mal mais surtout par l’humour, un humour aggraveur de torts et désamorceur d’angoisse. Henri Droguet défaçonne, « désonge invente/ ses images nues ». Jubilation sarcastique, façon aussi d’immoler les mots à la pureté d’une cause abrupte : conjurer la libido noire du désespoir existentiel en la théâtralisant, en découpant des détails de façon fétichiste - « la pluie lavandière horripile la robe/ couleur de sang figé/ d’une jument qui toussaille/ dans les fougères fauves arborescentes ». Une force naît de là, une impulsion de sens, une forme de sublimation du dérisoire. Un livre dégagé de tout souci d’orthodoxie et irradiant une forme très sensible de présence sur fond de fringales d’absolu et de mer fraîche, « le dernier comptoir/ des impatiences et des infinitudes ».

Off d’Henri Droguet, Gallimard, 144 pages, 15

Viande et fourbi Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°90 , février 2008.
LMDA papier n°90
6,50 
LMDA PDF n°90
4,00