La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Dumas en Mohican

février 2008 | Le Matricule des Anges n°90 | par Richard Blin

Toujours aussi originaux et pertinents les choix de Jacques Damade, qui préside aux destinées des éditions de la Bibliothèque. C’est un Alexandre Dumas intime et inattendu qu’il nous propose aujourd’hui avec Mes chasses. Un inédit qui donne corps à un projet de Dumas lui-même qui voulait réunir en un volume les textes qu’il avait donnés à la revue La vie à la campagne. Il faut dire que, né au milieu de la « belle et giboyeuse forêt de Villers-Cotterêts » sur laquelle règne son cousin, et fils d’un général qui lui mit, tout enfant, un fusil entre les mains, Dumas était comme prédestiné à devenir le chasseur qu’il fut. Déjà braconnier à 12 ans, c’est son initiation à l’art cynégétique ainsi que la vie des gardes forestiers qu’il raconte. Ceux qui sont capables de « tirer vingt bécassines sans en manquer une », ou de couper en deux, d’une balle, un écureuil sautant d’un arbre à un autre. Ceux qui tirent mal, comme les « durs à cuire », à l’image de « Bernard le tueur de sanglier », qui savait « à cinquante pas près, où baugeaient tous les sangliers de sa garderie », et qui soignait ses blessures en les faisant lécher par un de ses chiens tout en buvant du vin pour « réparer le sang perdu » - et qui, après avoir mortellement blessé son oncle d’un coup de fusil, ne chassa plus les sangliers qu’au couteau… Chasse au loup, au cerf, à l’ours, en Espagne, en Russie, Dumas raconte et se raconte, faisant la part belle à ses amis, à son besoin d’empoigner le concret et à son impatience à exister.
Un Dumas au naturel qui, loin des fresques historiques de ses romans, collectionne les recettes de cuisine, en régale ses amis et aime voyager. C’est son cœur qu’il laisse ici parler : « Ni mon premier succès, (…), ni ma première maîtresse, quand dans une nuit de printemps, elle m’a dit : « Je t’aime », ne m’ont donné l’enivrante émotion que m’a donnée mon premier lièvre tué. » Un recueil aussi vif et coloré qu’un épatant bouquet de fleurs champêtres.

Mes chasses d’Alexandre Dumas, édition établie
et préfacée par Claude Schopp, La Bibliothèque,
224 pages, 17

Dumas en Mohican Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°90 , février 2008.
LMDA papier n°90 - 6.50 €
LMDA PDF n°90 - 4.00 €