La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Delbono, itinéraire intime

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91 | par Etienne Leterrier

En 2005, le metteur en scène Pippo Delbono a rassemblé à Rome une série d’entretiens portant à l’origine sur sa conception de l’amour, et dont il a fait depuis un spectacle-conférence, présenté en France depuis 2007. Récits de juin réunit photographies et documents personnels, anecdotes et notes de lecture qui jalonnent la vie de ce créateur attaché à faire de son théâtre un acte d’engagement intime : « Lier le théâtre avec la vie, c’était pour moi la seule manière d’en faire, du théâtre ».
Pippo Delbono retrace la genèse d’une vocation où le catholicisme et son apparat jouent leur rôle avant que le jeune homme révolté des années 60-70 n’aille croiser les paradis artificiels, nouer ses premières amitiés amoureuses, et entreprendre ses premiers voyages au Maroc. Pippo découvre le théâtre à Savone, s’engouffre dans la brèche salvatrice, et suit cette trace incandescente jusqu’au Danemark, au Pérou, en Chine. L’homme de théâtre continue par la suite l’exploration de terres inconnues, en choisissant les textes qu’il juge propices à son travail (Beckett, Sarah Kane, Brodkey…) et en s’entourant de compagnons de route, cabossés de la vie. Au cours de ces années, son travail se singularise de plus en plus, aboutit enfin à ces spectacles aux formes discontinues et fragmentaires, où le pathétique côtoie la dérision et la poésie.
La force de Récits de juin, c’est de parvenir à restituer la démarche d’un homme pour qui la scène est le lieu d’une purification qui porte son créateur à l’extrême limite où le théâtre et la vie ne sont plus que la scène et le hors-scène d’une même chose. En Asie, on utilise le fachang, forme hybride entre théâtre et religion, pour convoquer sur scène les démons. Pippo Delbono a les siens propres, bénins ou malins, qu’il fait promettre de ne pas nommer ni écrire. Peut-être de peur que son théâtre ne soit ainsi privé de sa capacité à combattre l’angoisse et à conjurer le mal.

Récits de juin de Pippo Delbono
Traduit de l’italien par Myriam Bloedé et Claudia Palazzolo, Actes Sud, 144 pages, 25

Delbono, itinéraire intime Par Etienne Leterrier
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.
LMDA papier n°91 - 6.50 €
LMDA PDF n°91 - 4.00 €