La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le salaire de la liberté

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91

Henri Girard, qui deviendra Georges Arnaud après le procès, fut accusé d’avoir assassiné son père, sa tante et la bonne, à coups de serpe. Les jurés d’assises l’innocenteront en 1943, mais le mal est fait : dix-neuf mois derrière les barreaux, ça bousille un homme. C’est la plume entre les dents que le futur auteur du Salaire de la peur, ravagé par l’injustice, la faim et la brutalité des gâffes (gardiens), hurle sa rage à ses bourreaux : « Salauds, salauds de merde, enculés de salauds de merde, mais je vous hais, je vous chie, je le crie. Cognez ma tête à vos pavés, vous payerez. » Radical et douloureux, Schtilibem 41 vaut par le lexique argotique qu’utilise Arnaud, comme pour mieux défier l’ordre établi. En guise de préface, Pierre Mac Orlan apporte son éclairage sur la « présence sentimentale des langues d’argot. »

(Finitude, 75 pages, 11 )

Le salaire de la liberté
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.
LMDA papier n°91
6.50 €
LMDA PDF n°91
4.00 €