La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Dialogue muet

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91 | par Delphine Descaves

Son père est en train de mourir à l’hôpital, après un accident cérébral (« je sais seulement une chose : c’est moi l’enfant désormais ») et elle vient lui rendre visite quotidiennement. On ne connaît ni leur nom ni leur prénom, et cet anonymat paradoxalement les rapproche de nous, nous aide à nous approprier leurs paroles. Lui, monologue ou pense - le texte laisse planer le doute -devant sa fille aux aguets, revenant sur sa vie d’homme à femmes, de mari et celui - poids magnifique - de père ; sur sa difficulté d’être aussi, sur l’alcool qui a conduit sa vie et sur la dérision de l’existence. Désormais il est « un être qui maintenant a une peur d’enfant, la peur du noir et de la solitude, peur de l’après (…), qui cherche dans la nuit derrière la fenêtre, une lumière, une raison, un sens… mais seuls sont allumés les réverbères. » Elle, écoute ou devine ces mots qui la renvoient à son propre désir des hommes et de leur corps ; et l’agonie du père l’en rapproche encore, lui intimant une sorte d’ordre de vivre, d’urgence, comme dans cette heure passée à la piscine où elle s’offre à un inconnu. Avec une écriture concise et un réalisme sans lyrisme, parfois prosaïque, toujours juste, Emmanuelle Marie (romancière et auteur de théâtre, elle est décédée l’an dernier) saisit la texture de ces jours entre-deux, où une fille et son père, à la fois complices et séparés l’un de l’autre par une réserve intérieure, vivent les derniers moments de leur histoire commune. Le complexe d’Œdipe est ici à la fois pleinement présent et jamais commenté, et c’est toute la vie et ses mouvements parfois infimes qui se glissent dans ces pages, imprimant à ce récit ramassé un pouvoir d’émotion qui n’est pas frelaté.

Les Cils de l’ange d’Emmanuelle Marie
La Différence, 127 pages, 13

Dialogue muet Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.
LMDA papier n°91 - 6.50 €
LMDA PDF n°91 - 4.00 €