La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Dans l’ombre des corps

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Etienne Leterrier

La pièce de l’Écossais David Harrower (né en 1966) évoque les retrouvailles d’un ancien couple interdit.

Il faut imaginer la scène, car il n’y en a qu’une dans Blackbird. Dans une pièce insignifiante d’un lieu insignifiant, Humbert Humbert et sa Lolita se retrouvent, quinze ans après. Il s’est remarié, pas trop mal, et a tenté de supporter la culpabilité. Elle a tenté de vivre et d’oublier. Sans le romanesque scandaleux et un brin picaresque des deux figures de Nabokov, Ray, cinquantaine fuyante et Una, 27 ans, ne savent plus comment communiquer sur scène. Il s’en est en effet écoulé du temps, depuis la « stupide erreur de trois mois » au cours de laquelle le jeune homme s’est enfui avec la fillette d’un de ses amis. Amourette de l’enfance pour Una, qui l’a conduite à se donner à cet homme trois fois plus vieux qu’elle, mais qui la pousse aujourd’hui à le retrouver, grâce à sa photo au dos d’un journal. Pourquoi ? Pour l’accuser, pour lui pardonner, pour se souvenir : tout à la fois.
David Harrower a choisi de mettre en scène cet échange douloureux avec une fureur retenue. Et en réussissant parfaitement à peindre l’ambiguïté qui lie encore ces deux êtres, il tisse entre les personnages une relation où l’implicite sert de fil conducteur, où la parole, entrecoupée et hésitante, ne donne aucune certitude sur les êtres. C’est à travers les discours des autres qu’Una a appris à haïr Ray comme son ravisseur, et c’est dans ces mêmes discours qu’il a compris qu’il était un monstre kidnappeur d’enfant. Pourtant, Ray et Una parviennent à faire revivre un instant l’utopie de leur couple autrefois interdit dans les silences qu’ils ménagent, outre les bruits du monde. « Ecoute Je/ Je ne sais même pas si c’est bien toi/ Si t’es/ elle ". Blackbird est une longue scène de reconnaissance entre ces deux êtres, qui paraissent un instant tentés de vivre encore un amour qui serait à présent toléré, n’était-ce le passé qui les situe irrémédiablement de part et d’autre de la frontière tracée il y a quinze ans entre la victime et le criminel. Profondément dramatique jusqu’au dénouement, l’écriture de David Harrower donne à cette cérémonie de retrouvailles une force sourde et une grande subtilité.

Blackbird de David Harrower - Traduit de l’anglais par Zabou Breitman et Léa Drucker, L’Arche, 92 pages, 12

Dans l’ombre des corps Par Etienne Leterrier
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93 - 6.50 €
LMDA PDF n°93 - 4.00 €