La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Christophe Bailly

A propos

L'étoilement des panoramiques Depuis plus de trente ans, Jean-Christophe Bailly élabore une œuvre toute tendue vers le dépassement des genres : tissage infini de connexions qui n’aura jamais été éprouvé que dans un rapport à la nudité muette des choses, qu’on croise, ici et là-bas, jusqu’au sentiment du dépaysement. Donner une image de la façon dont l’œuvre de Jean-Christophe Bailly se construit, patiemment, n’est pas une tâche aisée. On aurait envie plutôt d’avoir un kaléidoscope en main et d’y montrer comment les facettes d’un même centre se diffractent, tant ses pratiques recoupent des régimes d’écriture différents, ne serait-ce que par les trois genres qu’il nomme lui-même : les essais, les récits (qui n’ont rien des récits tels que la littérature les pratique en général), ainsi que la poésie. À quoi il faut ajouter les écrits sur l’art, sur les peintres, les photographes, les architectures,...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Le visible et le vibrant

Plonger dans les livres de Jean-Christophe Bailly revient à vérifier la richesse d’inflexions que peut avoir une voix : la sienne, sans jamais se perdre dans la préciosité jargonneuse, ressemble à un étoilement, à la multitude de plans séquences, où le maillage des temps jouerait le rôle d’un fil discret, et pourtant ténu, entre toutes les choses du monde. C’est à deux pas du Faubourg Saint-Martin, dans le 10e arrondissement de Paris, que Jean-Christophe Bailly nous accueille, près de halles où claque la couleur des étals, du vert tendre au « rouge foie » : nous sommes au cœur des matières et des choses. Les mots, chez Bailly, ont toujours voulu descendre vers elles pour y chercher une pêche fabuleuse. C’est parce qu’elles viennent à nous, et...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Visages d’un territoire

Une émotion de la provenance » : tel est ce que Jean-Christophe Bailly écrit pour définir la re-connaissance que nous faisons des lieux dont nous venons, où nous nous sommes construits, et par lesquels nous sommes passés. Tout le contraire, comme il le précise, de ce qui compose le sentiment d’appartenance à une nation (ici la France), à son esprit, affublés qu’ils sont bien souvent de...
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Le Dépaysement : Voyages en France
de Jean-Christophe Bailly
2012
Lmda N°139 Foisonnants et bariolés, tels sont les livres de Jean-Christophe Bailly. Le Dépaysement n’échappe pas à la règle : voilà un « livre composite », « tenant par certains côtés de l’essai et par d’autres du journal de bord, du récit et de l’embardée, voire, épisodiquement, du poème en prose ». Sa matière ? La France. Rien de moins. Sa manière ? « Le cheminement ». Calepin en main, Bailly a...
Vive, la France
janvier 2013
L' Imagement
de Jean-Christophe Bailly
2020
Lmda N°210 Jean-Christophe Bailly offre un essai sur le processus de parution des images ainsi que l’infinité d’occurrences par lesquelles elles se remémorent à nous. Saisir, le livre précédent de Jean-Christophe Bailly, visait par quatre récits rassemblés – du peintre Thomas Jones au photographe W. Eugene Smith, W.G. Sebald et Dylan Thomas, l’extraordinaire poète d’Au bois lacté –, non pas seulement à cadrer l’unité géographique d’« aventures galloises  », qu’à revenir, une fois encore, comme dans son nouveau livre L’Imagement, à la force de convocation...
Ce qui nous regarde fait voir
février 2020
Tuiles détachées
de Jean-Christophe Bailly
2004
Lmda N°52 L’écrivain et essayiste Jean-Christophe Bailly propose une lecture kaléidoscopique de sa vie. Un livre en forme de scènes optiques. Les copeaux volent dans l’air, s’éparpillent dans le geste régulier d’un menuisier maniant le rabot. Le bois file en bouclettes fines. Cette matière-là, Jean-Christophe Bailly en fait l’une des métaphores du travail que l’écriture produit en se frottant au monde. Copeaux aussi parce que comme le disent les premières pages de Tuiles détachées, sorte d’autobiographie torsadée, « là où nous...
Entrez dans la yole
avril 2004