La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire I will survive

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Gilles Magniont

Lettres d’amour et d’affaires

Voici quelques lettres, d’une marquise piémontaise à un prince germanique : l’occasion de vérifier qu’en 1695, les cours européennes aimaient à écrire, subjonctif et « aimable époux » mêlés, en joli français. Et que cette langue-là ressemble comme une goutte d’eau claire à celle des romans d’alors. « J’ai une chambre, où j’ai fait mettre vos trois portraits ; je vais cent fois de l’un à l’autre pour les regarder, je leur parle, je les mouille souvent de mes larmes » : car Catherine de Balbian se retrouve enlevée, jetée au couvent, séparée de son Charles de Brandebourg. Quoique bien née, elle l’est bien moins que son mari, et le frère de ce dernier, Frédéric III, bientôt roi de Prusse, entend effacer la mésalliance. C’est triste ? Oui et non. En « prison », Catherine pleure beaucoup, mais au contraire de certaines héroïnes, elle ne perd pas la tête ; elle demande souvent de l’argent et des « pierreries ». Bonne idée, en ce sens, que de conserver le titre lucidement donné à la première édition (1775) du petit recueil : ce sont là des Lettres d’amour et d’affaires… L’imbrication fait souvent sourire, d’autant qu’au fil des jours l’amour se résout parfois aux subordonnées : « ma lettre ne contient que des affaires, quoique je n’en aie point de plus pressantes que celles de mon cœur », « Je vous mande tout ce qu’il faut faire, pour que je sois à vous »… Pauvre Charles, bientôt sommé de prendre un viril envol - « Dites qu’absolument vous ne voulez plus être regardé comme un enfant et que vous voulez être le maître ». Au fil des lettres, les injonctions se multiplient, de sorte qu’il semble se faire de plus en plus petit sur la page. Et puis il disparaîtra, des suites d’une blessure de guerre. Catherine, qui avait vécu tant de « transes mortelles », lui survivra un peu, et convolera même à nouveau, cette fois-là auprès d’un comte saxon. Bel exemple d’énergie.

(Lettres d’amour et d’affaires de Catherine, Comtesse de Salmour Marquise de Balbian, Buchet-Chastel, 144 pages, 13 )

I will survive Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97 - 6.50 €
LMDA PDF n°97 - 4.00 €