La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’amnésique

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Thierry Guinhut

L' Amnésique

L’amnésique

Si ce roman démarre un peu platement, il se révèle bientôt aussi prenant qu’intellectuellement stimulant. Qu’arrive-t-il à James Purdew, pour qu’à 30 ans il perde pied ? La vanité de son existence se double de fâcheux blancs mémoriels. Il laisse partir et sa compagne, Ingrid, et l’appartement qu’il partageait avec elle. Devant l’impossibilité d’ouvrir le coffre qui contient trois années de son journal (une métaphore bien sûr des replis perdus de la mémoire) il décide de quitter Amsterdam et de prendre la mer pour retourner dans la ville universitaire anglaise de ses années d’étudiant. Changé en enquêteur de son propre passé, il planque devant une maison où s’est déroulé un suicide, et qui lui sera confiée : en effectuant les travaux plus que nécessaires, il bénéficiera du logement, des défraiements et d’un bénéfice appétissant - tout cela à l’image de ses souvenirs à restaurer. En décollant le papier peint, il trouve un manuscrit : « Les confessions d’un meurtrier » qui le projette à l’époque victorienne. Une maison où tout est blanc jusqu’au contenu du frigo, des réminiscences cauchemardesques lors d’un trouble examen neurologique… L’enquête sur soi frôle autant le policier que le scientifique et le fantastique. Entre « l’espoir et la peur », le suspense monte, précédant l’arrivée du « chaos » des souvenirs et l’égarement du lecteur, déçu ou enchanté…
C’est beaucoup plus qu’un banal cas d’amnésie : c’est une image de la dissolution de notre mémoire, des palimpsestes de nos moi successifs, ce que confirment les allusions jamais gratuites à plusieurs auteurs, dont évidemment le maître des labyrinthes : Borges. Un bibliothécaire de rencontre a recueilli les documents du poète Philip Larkin, donc « ses souvenirs : la haine, la peur, le jazz, le porno et la mort. » Une pomme proustienne lui rappelle « une fille mince aux cheveux foncés »… Peu à peu le roman à tiroirs prend le lecteur dans ses labyrinthiques filets.

L’AMNÉSIQUE
de SAM TAYLOR
Traduit de l’anglais par Claude Demanuelli
Seuil, 440 pages, 22

L’amnésique Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €