La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Autour du vide

novembre 2008 | Le Matricule des Anges n°98 | par Richard Blin

Née à Buenos Aires, dans une famille d’origine espagnole, du côté maternel, et française du côté paternel, (c’est son grand-père qui éleva Jules Supervielle, le poète de Gravitation), Silvia Baron Supervielle est arrivée en France en 1961. Après quelques années de silence, c’est en français qu’elle se remet à écrire. Poèmes, récits, traductions. Une œuvre nourrie d’exil et de nostalgie dont ont récemment encore témoigné Pages de voyage (Arfuyen, 2004) et L’Alphabet du feu (Gallimard, 2007). « On reçoit l’exil en héritage, de génération en génération. »
Avec Autour du vide, la méditation se resserre autour de l’expérience intérieure qu’est l’écriture du poème. Une expérience qui est d’abord celle du vide, d’un vide qui serait « passé, présent et futur, le loin et le près, le ciel et l’eau sur un royaume blanc. » Des poèmes ascétiques, en surrection, sans majuscules ni signes de ponctuation, où la forme est le fond. « Une note nue/ interroge/ le plafond/ muet ». Une manière de faire le vide autour du sens et de rendre les mots à une nativité exemplaire, à un espace libéré de contours et de poids, à la langue éblouie de l’inexprimable mystère d’un monde sans antécédent.
Dans L’Alphabet du feu, Silvia Baron Supervielle dit qu’elle aime « placer le poème dans le haut du blanc, suspendu dans l’abîme, avec un début et une fin non marqués ». Comme si l’écriture se lançait dans le vide - celui de la séparation - avec pour seul viatique la langue, le « sifflement/ croissant/ de la flèche/ qui serre/ sa visée ». Un désir d’élévation cherchant à conjurer le « mal de l’espace// je n’ai pas/ de lien avec/ les points d’appui ». Des poèmes se dénudant pour accueillir l’intense éclat du désir : « pas de ratures/ sur les formes/ de l’invisible/ que dévoilent/ les blancs ». Des poèmes à la simplicité insurgée, à recevoir « comme peu/ à peu survient/ dans les yeux/ de l’enfant/ la vue », loin de tout savoir.

autour du vide
de silvia baron
supervielle
Arfuyen, 102 pages, 13

Autour du vide Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°98 , novembre 2008.
LMDA papier n°98 - 6.50 €
LMDA PDF n°98 - 4.00 €