La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français A quelques pas

janvier 2009 | Le Matricule des Anges n°99 | par Dominique Aussenac

A quelques pas de l’usine

De l’usine, nous ne recevons plus que des informations crépusculaires. Qui aujourd’hui aurait envie de « s’y établir » et y fomenter la révolution ? Pour Jean-Pierre Levaray, l’usine n’est ni un exotisme, ni une pause, mais un présent. Trente-cinq ans qu’il pointe chez AZF, dans la banlieue de Rouen. Depuis l’an 2000, il publie aussi, aux éditions du Monde libertaire ou à L’Insomniaque. Dans ces dix-huit nouvelles, il s’intéresse à la périphérie du monde du travail, les lieux et surtout les êtres en friche, en délitement. Terrains vagues aux abords de l’usine d’où s’extraient des fantômes conduisant des caddies chargés de ferraille. Les anciennes habitations ont été détruites pour construire rond-point, voie rapide… Beaucoup d’expulsions. Madeleine résiste. Manuel n’a pas eu cette chance. Arrivé du Portugal, il s’était pourtant bien mis au turbin, lui qui n’avait fait que garder des chèvres jusque-là. La mort de son frère dans un accident de travail brise sa vie. Il se laisse aller, se clochardise. Un cousin lui propose de garder à nouveau des chèvres dans les friches industrielles. « Et c’est seulement lorsque la municipalité a décidé d’agrandir le cimetière, que Manuel fut expulsé. »
Les vies que décrit Levaray semblent victimes d’une étrange malédiction. La rupture économique induit une dégringolade sans fin. Parfois certaines histoires sont trop dures à raconter. Catherine, la cinquantaine, participe à un atelier d’écriture. Elle se livre tellement que tout le monde est abasourdi. L’au-delà d’un atelier d’écriture, c’est quoi ? Marcel et Raymonde ont vécu ensemble dans une petite maison. Raymonde n’a jamais pu avoir d’enfant, elle en a perdu la tête. Quand Marcel s’est aperçu qu’il avait un cancer, il s’est foutu en l’air. D’eux, Jean-Pierre Levaray nous explique qu’ils sont passés sur terre sans vraiment se faire remarquer, « et le peu de gens qui les avaient connus les oublièrent vite. C’est pourquoi j’avais quand même envie de vous en toucher deux mots. » Sombres et pudiques, ces témoignages pourraient cependant devenir rapidement suspects à la pensée positive délicieusement bling-bling dans laquelle nous baignons.

À QUELQUES PAS
DE L’USINE

de JEAN-PIERRE LEVARAY
Éditions Chants d’orties, 123 pages, 11

A quelques pas Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°99 , janvier 2009.
LMDA PDF n°99
4.00 €