La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Km 500

janvier 2009 | Le Matricule des Anges n°99 | par Camille Decisier

En regroupant ces quatre textes sans cohérence chronologique (1954, 1987, 1978, 1969), dont on ne sait d’ailleurs pas s’ils constituaient, à l’origine, un seul volume, les éditions Tarabuste s’adressent manifestement aux inconditionnels de Calaferte, et à eux seuls. Les autres resteront sans regrets sur l’image du mystique sensualiste, du chrétien révolutionnaire exalté et provocateur, et s’épargneront cet opus satellitaire, ni carnet, ni roman, qui se signale surtout par une aigreur parfois insupportable. C’est un livre sans joie ; un assemblage qui n’a pas la fougue ni la tension nerveuse des Carnets, ni cet éclatement formel qui en fait de la poésie vivante, violente. Les trois premières parties, consacrées au voyage, ne ménagent rien ni personne. Pompeusement intitulé « Suite française », un périple de trois jours, entrepris en référence aux errances stendhaliennes (ô combien plus fructueuses), mène Calaferte de Clermont-Ferrand à Albi ; c’est dire si l’homme ressent l’appel du large… Même si l’on déplore parfois le ton geignard du sédentaire malgré lui, perpétuel insatisfait des literies d’hôtels, les grandes claques misanthropiques qu’il assène à ses concitoyens ont toujours autant de saveur : « Le monsieur aux escargots a une figure fort antipathique de jouisseur à froid », dit-il à propos d’un homme qu’il ne fait qu’apercevoir dans un restaurant de Rocamadour. C’est cette tendance abrupte au mépris, apanage pittoresque des vrais pessimistes, qui lui permet souvent de trouver les bons raccourcis descriptifs, toujours dans le registre cinglant (« Le Clermontois est à l’image de sa cathédrale : de façade rebutante »).
Le dernier fragment, « Débuts à Paris », est un monologue misérabiliste qui relate l’arrivée de Calaferte adolescent dans la capitale, et l’échec de ses ambitions théâtrales. Sans prétendre à la brillance narrative du Requiem des innocents, chef-d’œuvre monstrueux inspiré de son enfance provinciale, affreuse, sale et méchante, ce texte livre au compte-gouttes quelques clés autobiographiques noyées dans le fiel et la hargne, et que les connaisseurs apprécieront pour leur justesse impitoyable. « J’ai été longtemps sans prêter attention à autrui. Non par égoïsme ; par manque d’intérêt. » CQFD.

KM. 500
de LOUIS CALAFERTE
Tarabuste, 165 pages, 13

Km 500 Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°99 , janvier 2009.
LMDA PDF n°99 - 4.00