La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Tarabuste

A propos

Le cœur à l'ouvrage Fondées en 1986, les éditions Tarabuste ont vite su que leur existence tiendrait à la connaissance -et la maîtrise- des différents métiers de l’édition. Résultat, une sérénité qui n’a pas peur du temps, et un travail de défricheur en poésie remarquable. Tarabuster« , nous dit Le Robert, viendrait de tarabustis ( »désordre, querelle« ), et signifierait »faire du bruit« . On peine à le croire. À Saint-Benoît-du-Sault (Indre), près de la rivière qu’on appelle le Portefeuille, on entend le vent dans les feuillages. C’est ici que la maison d’édition, installée près du prieuré, dans une maison de village sur jardin, publie ses ouvrages, presque tous blancs, tous cousus pur fil. On pourrait penser que s’installer là, en terre berrichonne, consiste à préparer sa retraite provinciale. Et pourtant, les deux chevilles ouvrières de Tarabuste, Djamel...
juin 2002
Le Matricule des Anges n°39

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Âneries pour mal braire
de James Sacré
2006
Lmda N°75 Il y a une permanence dans l’écriture de James Sacré. Après Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime (Cadex éditions, 55 p., 11 ), qui en mars dernier reprenait entre autres, son premier recueil, La Femme et le violoncelle, deux nouveaux titres paraissent où se perçoit cette même façon d’interroger un mot, la poésie, le monde. Le poète, dans ces deux livres, écrit souvent...
Mal dire pour bien voir
juillet 2006
Bataille (mes satires cyclothymiques)
de François Boddaert
2015
Lmda N°171 Mû par l’actualité des combats autant que par la poésie de toujours, François Boddaert est devenu l’un des poètes les plus passionnants de notre temps. Éiteur éminent à l’enseigne d’Obsidiane, François Boddaert est depuis 1987 un poète remarquable qui ne se laisse pas lire sans laisser une profonde marque. Ils ne sont pas si nombreux. Son œuvre noueuse et dense est de celles que seuls bâtissent les architectes habités. Sans doute, il tient du moraliste engagé, de l’observateur conscient et de l’Homme éclairé, érudit pour tout dire – on se...
Thrène et fracas
mars 2016
La Boussole aux dires de l’éclair
de Jean-Paul Bota
2017
Lmda N°180 Le monde, quand on voyage, qu’un regard s’en saisit, s’accroît, se fait pourvoyeur d’une mystérieuse vérité faite d’intimité et d’accueil à ce qui se montre et se cache en même temps. La restituer dans la langue, cette vérité, c’est donner à entendre une voix qui cherche à en manifester la radiance tout en nous associant à ses vivants enjeux d’être. Tel semble le chemin de mots, sous le signe...
La Boussole aux dires de l'éclair de Jean-Paul Bota
février 2017
Le Capitaine Nemo
de Eric Sautou
Lmda N°31 Il semble que les choses, dans les poèmes d’Éric Sautou, les choses ou les très légers vers de quelques mots, sont comme autant de fugitifs mouvements de vie dans un jardin (« on dit des mots simples/ on avance dans l’air », Fleuves, p.37). C’est à chaque instant comme un printemps, même si de la mélancolie pas loin (« on est vivant sur les chemins/ on regarde s’éloigner », Fleuves, p.49)....
Comme un printemps
juillet 2000
Correspondance Louis Calaferte / Jean-Pierre Miquel
2018
Lmda N°194 D’un côté : Louis Calaferte (1928-1994), déjà à la tête d’une œuvre conséquente lorsque s’amorce cette correspondance restée inédite (dès 1952, son Requiem des innocents avait fait de lui un écrivain qui comptait) ; de l’autre : Jean-Pierre Miquel (1939-2003), tour à tour acteur, metteur en scène, professeur d’art dramatique, et administrateur général de la Comédie-Française. Entre les deux...
Correspondance Louis Calaferte / Jean-Pierre Miquel
juin 2018
Des lieux sûrs
de Jean-Pascal Dubost
Lmda N°27 Dans ce recueil dont l’unité crée la petite musique, chaque poème se compose d’une seule phrase de cinq ou six lignes. En peu de mots donc, mais agencés sur un unique souffle, Jean-Pascal Dubost condense les souvenirs d’une enfance réelle ou fictive à travers les lieux qui en constituent le décor : cour de ferme, ombre d’un pêcher, chemin. Au cœur de cela, deux séries de textes évoquent le...
Des lieux sûrs
août 1999
L' Émotion l’émeute
de Pascal Boulanger
2003
Lmda N°44 Le quatrième livre de poésie de Pascal Boulanger est, sous son titre paradoxal, une confrontation déchirée au monde tel qu’il ne va pas, pour y inventer une respiration. Le premier poème du nouveau livre de Pascal Boulanger, sorte d’adresse cachée à ses lecteurs, dessine d’emblée une poétique, voire une éthique : « J’appelle poésie cette intrigue de l’infini/ où je me fais auteur de ce que je vois, de ce que j’entends. » Rien de moins. Et, dirons-nous, c’est la moindre des choses que l’on puisse attendre de l’acte de parole de la poésie : qu’elle ne soit,...
Partout ici même
mai 2003
Il est nuit
de Camille Loivier
2009
Lmda N°103 En accords humbles, purs, comme embués de complicité perdue, une sœur s’adresse à son frère aimé disparu. À la frange du dépouillement absolu, en strophes de trois vers à la simplicité insurgée - et évoquant les ondes circulaires autour d’un point de chute - c’est un vide que cherche à baguer Camille Loivier, et des lumières de clairière qu’elle cherche à préserver. En neuf chants - comme les...
Il est nuit
mai 2009
Jamais mieux
de Jean-Pierre Georges
2016
Lmda N°173 Que les enthousiastes, les ambitieux et les conquérants passent leur chemin. Les livres de Jean-Pierre Georges ne sont pas pour eux, et son nouveau carnet ne déroge pas à la règle. Sous l’égide de Cioran et de Lichtenberg, le poète (qui n’écrit qu’une prose en lambeaux) poursuit son entreprise d’autodémolition. Constitué d’aphorismes, de notes prises à l’ennui, de citations parfois, ce Jamais...
Jamais mieux de Jean-Pierre Georges
mai 2016
KM.500
de Louis Calaferte
2008
Lmda N°99 En regroupant ces quatre textes sans cohérence chronologique (1954, 1987, 1978, 1969), dont on ne sait d’ailleurs pas s’ils constituaient, à l’origine, un seul volume, les éditions Tarabuste s’adressent manifestement aux inconditionnels de Calaferte, et à eux seuls. Les autres resteront sans regrets sur l’image du mystique sensualiste, du chrétien révolutionnaire exalté et provocateur, et...
Km 500
janvier 2009
Labbra
de Christian Tarting
2011
Lmda N°121
Labbra de Christian Tarting
mars 2011
Article non disponible
La Nuit vient dans les yeux
de James Sacré
Lmda N°20 Les six poèmes de La Nuit vient dans les yeux joliment édités mettent en évidence l’arbitraire du signe. E n ouverture de ce recueil de six poèmes, James Sacré annonce, en mode mineur : « D’une langue à l’autre pour en avoir une/ Qui soit la mienne, mais sans oublier/ Que c’est pour te causer./ Ce qu’on met dans le poème, c’est pas/ De l’éternité, plutôt/ Comme un sourire (…)/ (…) ma langue...
James Sacré, le renard
juillet 1997
Peau
de Antoine Emaz
2008
Lmda N°93 Peau continue d’explorer comment la surface des choses vient se coller à nos propres gestes. Peau entrecroise sur plus d’une année des poèmes rangés en cinq entrées : « trop », « seul », « lie », « corde » et « vert » sont davantage des sortes de titres, plutôt des amorces et des poches où quelques expériences (de la fatigue, de la légèreté, de la boue, de la pauvreté, de l’usure, etc.) peuvent se classer. C’est pratique, certes, mais pas du tout futile chez Antoine Emaz ; bien au...
Poèmes jusqu’à la corde
mai 2008
Pierres d’attente pour Reverdy
de Gérard Titus-Carmel
2008
Lmda N°98 Pierre Reverdy, l’angoissé de la terre se dérobant sous les pieds, l’impatient de Dieu trahi en permanence par le réel. Le novateur qui s’ignore, rejoignant sans le chercher la noble lignée de Baudelaire, alors qu’il était, dans une démarche autrement plus intime et plus pressante, en quête inlassable d’une vérité humaine totale et profonde. Gérard Titus-Carmel, dédiant à son œuvre cette...
Pierres d’attente pour Reverdy
novembre 2008
Le Pli, la pluie et puis après
de Lionel Destremau
2004
Lmda N°59 Entre reflets et empreintes, Lionel Destremau fraye son chemin de chair et de langue. Du pli à la pluie des échos se répondent, une contagion s’amorce, tandis qu’avec et puis après s’esquissent les prémices d’une tentative de conjuration. Le Pli, la pluie et puis après, le premier livre de poésie publié par Lionel Destremau (par ailleurs cofondateur des éditions Prétexte), propose en deux parties formées chacune de quatre sections des poèmes serrés, compacts, comme enkystés...
Les mots collés à la peau
janvier 2005
Ras
de Antoine Emaz
Lmda N°38 Avec Ras, il continue de cerner la façon dont la mémoire anonyme du monde vient croiser nos vies. De l’épuisement à l’ordinaire, et de la fatigue à la force du banal, se resserre l’horizon d’une résistance propre à la poésie. Dans Soirs (Tarabuste, 1999), Antoine Émaz vide son sac : à sa manière, puisqu’il décrit, à ce moment-là, ce qu’il y a juste devant lui, dans la cuisine où il travaille habituellement : une toile cirée jaune passé, des carnets, un bol chinois qui sert de cendrier et où repose une pipe, les chiffres d’un code barre qui orne un objet. Mais l’insistance avec laquelle il appuie sur l’évidence des...
Émaz, choses vues
mars 2002
Soirs
de Antoine Emaz
Lmda N°29 Présenté sous forme d’un journal tenu du 22 mai 1996 au 7 décembre 1998, Soirs révèle au moins une ambiguïté. En effet, bon nombre de poèmes, ici, pourraient n’être pas datés, tant ce qu’ils disent échappe à l’instant, ne marque nulle date. Le temps se compte en saisons et en climat. Il est un compagnon presqu’immobile, figé, mort (« on compte le petit tas d’heures// on est encore là/ donc on...
Le brouillon de la nuit
janvier 2000
Territoire du coyote
de Pascal Commère
2018
Lmda N°193 Jars « ineptes au vol, c’est peu dire », taureaux « l’anneau au nez », étourneaux « jetée de plombs dans le ciel sombre » : on retrouve ainsi les bêtes dont les poèmes de Pascal Commère sont souvent peuplés, vaches plus souvent que taureaux, auxquelles les hommes sont liés. Rassemblés sous un titre énigmatique les poèmes ici alternent des formes variées. Ténus comme dans les livres...
Territoire du coyote de Pascal Commère
mai 2018
Trois figures d’oubli
de Joël-Claude Meffre
2009
Lmda N°106 Auteur d’une dizaine de livres, dont les poèmes épurés de L’Abord (Fata Morgana, 2003), Joël-Claude Meffre a toujours lié l’empreinte de la géographie et l’étude de ses sous-sols à la façon dont se construisent les strates de mémoires, mais aussi à la répercussion qu’elles ont sur l’acte de voir. Que l’homme soit archéologue n’y est certes pas pour rien mais il est assez rare que se répondent...
Trois figures
septembre 2009

Auteurs