La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Alfa Roméo

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Jérôme Goude

L' Alfa Roméo

Un événement apparemment anodin, trois fois rien, suffit parfois à déclencher l’inspiration. Les mains s’animent alors, s’agitent, provoquant une espèce d’« enfer du côté des stylos ». Dans L’Alfa Romeo, cet événement revêt la forme d’une « liquidation ». Quelques heures seulement après avoir déposé un manuscrit chez son éditeur, la narratrice de ce bref récit conduit une « pauvre tire de 120 000 kilomètres » au purgatoire : un garage de Gentilly. Or, bien qu’elle avoue être dans l’incapacité de « différencier une Clio d’une R5, une 306 d’une Ford Fiesta », cette dernière ne pourra pas se résigner à abandonner la vieille Alfa de son fiancé aux mâchoires métalliques de la casse…
Comme l’hymne mexicain de Consuelito Velázquez du lancinant Bésame mucho (Gallimard, 1998), cette « chignole » borgne à la carrosserie rouge constitue un leitmotiv métonymiquement lié à une palanquée de souvenirs. Annie Cohen, dont l’écriture présente ceci de singulier qu’elle est tout à la fois franche du collier et ouvertement lyrique, empoigne le lecteur, l’entraînant au cœur de la ritournelle d’inoubliables « virées en banlieue » et autres balades. Prise dans le « cercle de l’obsession », elle convoque le très cartésien Méthode, chien-maître d’amis, le témoignage du « fantôme des fours » Filip Müller Trois ans dans une chambre à gaz d’Auschwitz, une « naine marocaine », le Café de France, etc.
Mais pourquoi est-il si difficile de refourguer une pauvre caisse ? Vivre sans bagnole, ça fait pourtant un autre corps, « soumis à sa seule vigueur » ; un « corps de poète qui marche dans les rues, le nez au vent, actif ». Pourquoi se réjouir du fait qu’un Jordanien s’y intéresse in extremis, la retape ? Peut-être, tout simplement, parce que L’Alfa Romeo est une sorte de métaphore du corps de l’écrivain. Un corps-carcasse à géographie variable (cf. Géographie des origines, Lmda N(o) 82) qui se fout pas mal des « itinéraires de l’enfance », des frontières, et s’enivre au contact de tous les « paysages de la terre ».

l’alfa romeo
d’annie cohen
Zulma, 103 pages, 9,50

Alfa Roméo Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°100 , février 2009.
LMDA PDF n°100
4.00 €