La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Jours

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Didier Garcia

Poète, romancier, traducteur de Lawrence Durrell et biographe de Henry Miller, mais aussi homme de radio, lecteur, pêcheur, ornithologue à ses heures et soldat malgré lui, Frédéric Jacques Temple propose aujourd’hui des copeaux de sa vie. Des copeaux qui ont bien sûr de l’allure, et qui couvrent « trente mille jours », de sa naissance, en 1921, jusqu’à la fin de l’année 2006.
Dans la mesure où il n’a jamais tenu un journal (par paresse prétend-il), c’est le survol d’une vie, prise année après année, qu’il réalise ici, évoquant tous ceux qu’il a croisés durant cette existence placée sous le haut patronage de la culture, à savoir la fine fleur de la gent littéraire : Bounine, Cendrars, Delteil, Ginsberg, Malaparte, Nin, Perse (peu avant l’attribution du Nobel), Valéry, sans oublier les deux acolytes que furent Henry Miller et Lawrence Durrell (la liste est telle qu’on se demande quel écrivain a bien pu lui échapper). On y aperçoit aussi des personnages moins en vue, comme des braconniers, des pêcheurs d’anguilles, ou ses camarades du front (avec lesquels il rencontre Malraux).
On glisse ainsi de rencontres en colloques, d’universités en déjeuners, et on le suit au gré de ses voyages, jusqu’au mausolée de Malaparte, situé « au sommet du Spazzavento qui domine Prato », au terme d’une ascension réalisée sous une pluie battante. Son monde est un univers grouillant de personnalités culturelles : où qu’il se rende, il se trouve toujours un écrivain pour l’accueillir, un peintre ou un compositeur avec qui déjeuner, ou un scientifique pour l’accompagner dans une excursion. En filigrane, on lira en outre une singulière rubrique nécrologique, avec les morts notamment de Follain, Cendrars, Giono…
Au terme de ce volume (qui aurait pu comporter un index), on aura feuilleté l’essentiel d’une vie, sans jamais trop s’immiscer dans la sphère strictement privée, et en restant toujours au plus près de la chose artistique.

Beaucoup de jours
de Frédéric Jacques Temple
Actes Sud, 400 pages, 25

Jours Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°100 , février 2009.
LMDA PDF n°100
4.00 €