La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un dieu un animal

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Dominique Aussenac

Parfois, énonçant une parole fulgurante, dérangeante, certains hommes quittent le troupeau. Les pouvoirs religieux, politiques en font alors d’excellents objets de persécution. Il en est ainsi de Hussein Ibn Mansûr El-Hallâj (857-922) qui prônait une union avec Dieu transcendant tout. El-Hallâj sera crucifié, flagellé, démembré, décapité. Tronc incinéré, sa binette sera conservée avec délicatesse dans un « trésor de têtes ». Premier martyr de l’Islam, ses écrits bouleverseront encore pendant des siècles et des siècles. Ses poèmes, l’évocation de son supplice, traversent incandescents le cinquième ouvrage de Jérôme Ferrari, dont le héros, un jeune corse déconnecté d’une réalité socio-économique insipide et vaine, a choisi la rédemption par les armes, la compagnie de la mort, la proximité du carnage. Mercenaire, il contrôle d’improbables checkpoint en Irak, voire en Afghanistan. Blessé, il revient près de ses parents, retrouve Magali, amour d’adolescence. Cette dernière gagne sa vie comme chasseuse de tête (sic). L’amour transformera-t-il ces deux êtres ?
Les romans de Ferrari apparaissent terriblement crépusculaires, l’amour fusion s’y révélant impossible. Ne trouvant aucun sens à la vie terrestre, ses héros se lient à des entités obscures, des mirages exemplaires, des ruminations les dépassant et structurant ainsi leur propre chaos. « Car tu as été guerrier et martyr d’un monde qui meurt dans les flammes et tu as appelé sur ta tête les torrents de haine et de mépris que son agonie déchaîne encore… » Ses personnages se succèdent dans des sortes de fondus enchaînés. Une voix off empathique semble les tutoyer, ne faisant que les renvoyer à leur solitude infinie. Les incessants allers et retours spatio-temporels déstructurent la continuité narrative. Il n’y a pas d’aujourd’hui, ni de demain, seulement des traces d’humains effarés depuis des millénaires par la violence et l’ineptie du monde. Acérée, directe, l’écriture de cet agrégé de philo convoque la beauté au-delà de l’effroi.

Un dieu un animal
de JÉRÔME FERRARI
Actes Sud, 110 pages, 12

Un dieu un animal Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°100 , février 2009.
LMDA PDF n°100
4.00 €