La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Plagiat

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Thierry Cecille

Le Plagiat par anticipation

Borges, déjà, avait attiré notre attention sur de tels phénomènes littéraires surprenants : tel épisode de Zadig de Voltaire, dans lequel le héros résout, par une attention extrême à des détails apparemment anodins, une énigme, n’annonce-t-il pas le modus operandi de Sherlock Holmes ? De même, certains hommes-animaux de Kafka ne sont-ils pas une préfiguration de personnages (si on peut encore les appeler ainsi) du Dondog de Volodine ? Préfiguration ? En effet, ne nous y trompons pas, Conan Doyle ou Volodine ne s’inspirent pas de leurs lointains prédécesseurs, bien plutôt ces derniers devinent ce que la littérature, un jour, inventera. On ne saurait s’en tenir au traditionnel plagiat, il faut prendre à rebours le fil du temps : des plagiats par anticipation ont bien été commis ! Il s’agit là d’un paradoxe (c’est le titre de la collection) que Pierre Bayard soutient avec son esprit habituel, une sorte d’understatement plein de finesse et de malice - mais il va plus loin et nous offre une réflexion enthousiaste et éclairante sur ce qu’est l’univers littéraire, avec ses dimensions propres, qui ne sont pas celles du monde réel. Ainsi que l’avait pressenti Valéry, « le langage, écrit Bayard, est compris comme une gigantesque combinatoire dans laquelle les auteurs viennent successivement puiser telle ou telle possibilité disponible », on peut donc, avec cette invention du plagiat par anticipation, tenter de cerner le « point central de la création littéraire, à savoir la capacité du créateur, en tâtonnant dans l’obscurité pour échapper aux contraintes de son temps, d’ouvrir le dialogue avec les habitants de l’avenir ». Nous pouvons alors imaginer - en ces temps de réformite aiguë, de l’éducation en particulier - une nouvelle histoire de la littérature qui montrera comment Racine, succédant à Hugo, épure le drame romantique pour inventer la tragédie classique, ou qui devinera, à partir de certaines potentialités encore balbutiantes dans les œuvres d’aujourd’hui, les chefs-d’œuvre du futur…

Le Plagiat
par anticipation

de Pierre Bayard
Éditions de Minuit, 155 pages, 15

Plagiat Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°100 , février 2009.
LMDA PDF n°100 - 4.00 €