La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images Album contemporain

mars 2009 | Le Matricule des Anges n°101 | par Gilles Magniont

La Petite sœur de Kafka

Illustration(s) de Anne Herbauts
Editions Esperluète éditions

Le « degré » de narration (…) sur lequel j’aimerais maintenant travailler, c’est l’album : non plus un recueil de dessins autonomes mais une suite qui fasse récit « tonitruait Yann Fastier, en septembre 2002, dans les pages du Matricule. Qui l’embaucha à prix d’or, peu de temps après : dès lors, comment nier l’importance de l’album dans nos sociétés ? Un épais volume de contributions savantes enfonce le clou, dégageant la richesse éclectique des productions actuelles. L’album est-il un » genre «  ? Alors, comme le soulignent l’avant-propos et le faisceau des articles, il est d’une » hybridité défiant toute définition péremptoire «  : parce qu’il y a du texte et de l’image, mais encore parce qu’il emprunte au théâtre ou au poème, qu’il s’inspire de la bande dessinée ou des arts appliqués, qu’il malaxe les classiques et ne respecte pas même la limite d’âge de son lecteur… Le risque, alors, c’est que les enseignants tirent l’album à eux, et à une dignité d’emprunt : faut-il, pour évoquer l’œuvre d’Anne Herbauts, convoquer tour à tour les blancs mallarméens, la vision de Robert Bresson et l’écriture selon Barthes ? On notera toutefois que le plus souvent les études font ici l’effort de se forger un langage propre, à l’intersection des phénomènes de langue, de graphisme et d’édition. Plutôt que des filiations assommantes, le sens peut alors surgir d’une observation attentive de la technique. Ainsi lorsque Nicolas Rouvière isole l’unité de base des albums, la double-page, et la temporalité propre qu’elle induit : » Même si une image appelle la suivante, chacune nous sollicite pour qu’on s’y attarde, quand ne domine pas l’effet de tableau que l’ensemble compose. Le propre de la bande dessinée semble au contraire l’effraction de la loi de la durée. « Idem quand Cécile Boulaire distingue la véritable subversion, qui naît de » l’articulation permanente des effets visuels et du verbe poétique « , des » leçons de bonnes manières « qui, » sous couvert de dénoncer le racisme, le rejet de l’immigration, l’inquiétude sécuritaire (…

L’ALBUM CONTEMPORAIN POUR LA JEUNESSE : NOUVELLES FORMES, NOUVEAUX LECTEURS ?
Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Florence Gaiotti et Bernadette Poulou, Modernités N°28, Presses Universitaires de Bordeaux, 320 pages, 26

Album contemporain Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°101 , mars 2009.
LMDA papier n°101 - 6.50
LMDA PDF n°101 - 4.00