La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Le temps des scélérats

mars 2009 | Le Matricule des Anges n°101 | par Gilles Magniont

Les Lois scélérates de 1893-1894

Confronté au terrorisme fin-de-siècle, le gouvernement français fit adopter dans l’urgence trois lois, bientôt nommées scélérates : elles visaient directement la presse et les séditions anarchistes. Les éditions Le Flibustier rééditent plusieurs textes d’opposition, regroupés une première fois par La Revue blanche en 1899 : « Notre loi des suspects », étude générale et éloquente du journaliste et homme politique Francis de Pressensé, « Comment elles ont été faites », compte rendu minutieux rédigé par un juriste anonyme, et enfin « L’application des lois », récit des condamnations successives sous la plume du syndicaliste Emile Pouget. De l’Histoire lointaine, pour spécialistes only ? Voire : il est par exemple question, dans l’étude de Pressensé, d’une population qui « paye les frais d’une sécurité menteuse », du « monopole politique d’une bourgeoisie aussi égoïste et moins décorative que l’ancienne noblesse », de « la corruption croissante d’une société asservie au capitalisme », d’un régime qui « s’abaisse à chercher d’une main fébrile (…) les armes à deux tranchants de la peine forte et dure », d’un « Président parvenu qui joue au souverain », d’un « Premier ministre sournoisement brutal »… On se prend à jouer au jeu des sept différences, sauf qu’il n’y a pas de différence.

Lois scélérates de 1893-1894, Le Flibustier (52, rue du Commandant Mages 13001 Marseille), 96 pages, 11

Le temps des scélérats Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°101 , mars 2009.
LMDA papier n°101
6.50 €
LMDA PDF n°101
4.00 €