La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images Récits travestis

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Gilles Magniont

On réédite les Morot-Chandonneur (1955) : une jouissive saga illustrée, toute en pastiches et débris de bourgeoisie.

Les Morot-Chandonneur : Une grande famille

Avant que le roman commence, un arbre généalogique fait office de GPS : d’une liaison entre la duchesse de Candale (favorite de Marie-Antoinette) et Baptiste Morot (abbé de cour devenu conventionnel, puis ministre de l’empire et enfin anobli) jusqu’à Jean-Philippe Morot-Chandonneur, qui naît en 1910 et se fait appeler Moreau (on comprendra plus tard que cette neuve orthographe marque son désir de peuple). Fameuse lignée, semble-t-il, du genre qui donne son nom à un métro parisien - oui, cette station dans laquelle Marguerite Duras tourna un film, et qui est comme la dernière empreinte des Morot-Chandonneur dans l’histoire de l’art. Bernard Minoret et Philippe Jullian ont eu la riche idée de mêler le continuum romanesque à l’art du pastiche : de Sade à Ionesco, 46 auteurs viennent successivement relater un épisode. Cela peut se faire en saynète, comme chez Musset (Il faut toujours laver son linge sale en famille), ou en poésie, comme chez Hugo (qui, dans ses Châtiments, pourfend « évidemment » l’abjection des Morot). Cela montre toujours la grande érudition des auteurs, et très souvent leur finesse de trait : revoilà les outrances feuilletonesques de Dumas ( « Alors Morot poussa ce soupir que les hyènes font dans le désert après les ouragans de sable » ), Zola qui transpire après la Femme Mourot ( « L’aristocrate ennuyée, la femme inassouvie se révoltait en elle » ), les Goncourt qui dissèquent le Comte son mari ( « Visage fin, crispé par la peur du laid » ), lequel sera encore reçu à l’Académie par un Valéry bouffi de passés simples ( « Vous nous donnâtes des ouvrages d’une saveur parfaitement mûrie, tant par la réflexion que par l’attique connaissance du monde » )… Sans oublier Gide batifolant dans le désert ( « je glissais, je courais jusqu’à la noria débordante de Psoryasis spongieux. Là m’attendait Ali mon ânier » ), et Breton, acharné à débusquer le merveilleux, essayant « d’échapper aux yeux d’une très belle femme dont le sourire était le contraire parfait de celui de Nadja ».
Comme si tout cela n’était pas encore assez drôle et brillant, chaque chapitre s’ouvre d’un dessin à la manière de : car les Morot excitèrent bien sûr les pinceaux des impressionnistes comme ceux de l’Art Brut ( « Bernard Buffet plut à Jean-Philippe car il sut lui donner l’air vraiment pauvre » ). C’est à Philippe Jullian seul qu’on doit ces illustrations : il se fit connaître comme caricaturiste, il venait d’une famille protestante et très respectable (Camille Jullian père, académicien) ; lui le fut moins, attaché qu’il était aux figures fin-de-siècle (comme Lorrain dont il se fit biographe), aux travestissements (il donnait des conférences déguisé en dame d’œuvres), aux jolis Allemands pendant la guerre. Il avait peut-être tout pour se griser de ce vrai-faux roman d’une dynastie déchue, qu’il pouvait imaginer sans peine enrichie sous Louis-Philippe par une banque véreuse, avant que Barrès chante « l’armature morale d’une famille de France élue entre toutes ».

Les Morot-Chandonneur de Philippe Jullian et Bernard Minoret, Grasset,
« Les Cahiers Rouges », 298 pages, 9,80

Récits travestis Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €