La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sonnets portugais

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Marta Krol

Sonnets portugais (bilingue anglais)

Composés pendant les vingt mois qui précèdent le mariage secret et de la fugue du couple, en septembre 1846, de la poétesse anglaise avec Robert Browning, ces sonnets ne sont parus qu’en 1850, l’auteur hésitant à dévoiler au public une matière aussi intime. Elizabeth Barrett Browning a déjà construit une œuvre, et une renommée ; étrangement, celle-ci a connu ultérieurement un certain déclin, alors que des écrivains tels que Emily Dickinson, Rainer Maria Rilke ou Virgnia Woolf ont pu la saluer.
Cet ensemble est une anatomie précise et détaillée de l’amour d’une femme pour un homme. Anatomie, où la pudeur cède la place à l’exigence de la vérité sur soi, et où le souci narcissique de livrer un autoportrait flatteur se voit éliminé par la volonté de saisir l’essence du sentiment. Et Elizabeth Barrett Browning pousse jusqu’au masochisme la dévalorisation de soi : elle se représente comme irréductiblement inférieure à celui qu’elle aime : « Va-t’en, hélas ! - / Je ne veux pas souiller ta pourpre de ma poussière », et, à cause d’épreuves qui l’ont durablement abîmée, indigne de son sentiment : « Car bien des larmes ont déteint / Les couleurs de ma vie, et laissé une étoffe / Si pâle, si terne, qu’il ne serait point décent / D’en faire don comme oreiller pour ta tête - / Va-t’en ! - Qu’elle serve à se frotter les pieds - ». Cependant, cette analyse non convenue de la passion dépasse les clichés attendus en la matière, notamment celui de l’amour-fusion. Elle intègre toute la complexité du sentiment, à travers des éléments surprenants : « Car nos horizons divergent, et notre front, / Nos cheveux, ne brillent pas au même soleil » ou dérangeants : « Pour toi je renonce à la tombe ». Et si la sensibilité fortement romantique, nourrie d’allégories et de symboles, ne correspond pas toujours à celle du lecteur d’aujourd’hui, ce dernier ne restera pas insensible à la beauté d’airain dont résonnent certains vers : « Quand nos deux âmes se tiennent droites et fortes, / Face à face, en silence, et peu à peu se rapprochent / Jusqu’à ce que leurs ailes s’étirant prennent feu / A leur courbe extrémité… ». La tendance à l’abstraction et au raccourci, des irrégularités ponctuelles et calculées (rimes imparfaites, assonances) de la prosodie, un sourcilleux souci de la musicalité, tout comme l’impatiente liberté de l’esprit qui l’orchestre, expliquent l’admiration pour cet auteur d’une Emily Dickinson, dont deux poèmes dédiés à E. Barrett Browning se trouvent en fin du volume, pour ainsi matérialiser la modernité indéniable de cette écriture.

SONNETS PORTUGAIS
de ELIZABETH BARRETT BROWNING
Traduction de l’anglais par Claire Malroux,
Le Bruit du temps, 156 pages, 13

Sonnets portugais Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104 - 6.50
LMDA PDF n°104 - 4.00