La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Déséborgner les mots

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Gilles Magniont

Par Louis-Sébastien Mercier, une méthode préparatoire, pédagogique et divertissante, à l’émancipation linguistique.

Néologie

Changer la langue par le vocabulaire, c’est bien ce que Louis-Sébastien Mercier (1740-1814) entreprend avec sa Néologie. Paru en 1801, l’ouvrage laisse sciemment de côté le trop contextuel vocabulaire de la Révolution, et se consacre aux principes même de la langue. Il faut maintenant dire sa force, sa puissance, sa vivacité - et pour cela il faut une Néologie, une œuvre singulière qui prenne à rebours la langue borgne et morosive de l’Académie française. Présentée comme le serait un dictionnaire, avec des entrées alphabétiques et des gloses, la Néologie de Mercier n’a cependant pas la sécheresse d’un Petit Robert, ni sa prétention à l’objectivité. Tout est bouillonnant dans ce texte, tout concourt à détiarer le français pour le faire courir sur les sentiers riants de la conquête et de l’insolence : « Le peuple qui a l’imagination vive, et qui crée tous les mots, qui n’écoute point, qui n’entend point ces lamentations enfantines sur la prétendue décadence du goût, lamentations absolument les mêmes de temps immémorial, le peuple bafoue les régenteurs de la langue, et l’enrichit d’expressions pittoresques, tandis que le lamentateur s’abandonne à des plaintes que le vent emporte. J’en appelle donc au peuple, juge souverain du langage (…). La hardiesse dans l’expression, suppose la hardiesse de la pensée. » (Préface).
De fait, l’homme est hardi. Un temps régent de collège, c’est surtout à l’écriture qu’il consacre sa vie, mais d’une manière si libre et singulière qu’il dut souvent répondre à des attaques. Son Tableau de Paris, paru avant la Révolution, est une œuvre magistrale, sensible et complète : là, ce sont les Parisiens, tous les Parisiens, que l’on voit ahaner sous le poids de l’eau transportée dans de lourdes barriques, ou se régaler un temps de l’étrange spectacle nocturne d’un cimetière abandonné. Il publie aussi L’An 2440, rêve s’il en fut jamais en 1771, classé dans les romans d’anticipation. La Néologie constitue une troisième forme, à la fois plus ramassée et plus dispersée. Plus ramassée par le genre, plus dispersée par le goût : le dictionnaire est la trace vive de la langue, par les mots, par les citations qu’il contient, par les commentaires parfois teigneux dont ils sont l’objet : « Vexateur. Ce titre peut se donner à une infinité de gens qui, dans le monde, sont Vexateurs en petit. Un commis Vexateur, qui se venge d’un chef qui le vexe ; rien de plus commun. La société est une véritable échelle de Vexateurs, assis sur des échelons plus ou moins élevés ». À la lecture des quelque 500 pages de l’œuvre (avec introductions et notes éclairantes tout autant que savantes de Jean-Claude Bonnet, aficionado), il apparaît en effet que celle-ci est une continuation un peu mercenaire de ce qui précéda : il s’agit d’attaquer la langue, la belle langue officielle de ceux qui ne disent rien, il s’agit de placer à l’avant du terrain ceux vers qui ses sympathies le portent - Montaigne, Rétif, Diderot, Rousseau -, sacrés guérilleros indépendants associés à la Libération. « Je pourrais ensuite justifier cet ouvrage par des exemples sans nombre, par celui de Cicéron qui se plaisait tant à broder, à chamarrer son style par des expressions prises du grec ; je pourrais parler de tous les écrivains qui ont créé une foule de termes nouveaux adoptés des locutions étrangères (…) mais l’homme pensant ne connaît point d’autre autorité que son propre génie ; c’est lui qui fait la parole, & la langue n’est point un objet de convention, comme le disent de futurs métaphysiciens que cette seule proposition pétrifiera. »

Néologie de Louis-Sébastien Mercier
Belin, 591 pages, 26

Déséborgner les mots Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €