La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Eleanor Rigby

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Anthony Dufraisse

Pour certains, la solitude est une bénédiction. Pour d’autres, une oppression de tous les instants, un étouffement. Pour ceux-là, la vie ordinaire est un calvaire, un nid de guêpes : elle pique au cœur. Mais comme tout cela se passe entre métro, boulot et dodo, on ne distingue généralement pas le tragique de ces existences-là. Puis vient un écrivain, Douglas Coupland, qui s’en fait le témoin. Pour son cinquième roman, ce Canadien d’adoption joue au greffier des âmes esseulées, en traçant le portrait de Liz Dunn, bientôt quarantenaire, qui ressemble à une sculpture de Botero et qui, clin d’œil aux Beatles, s’est choisie Eleanor Rigby comme pseudo numérique. Cette célibataire potelée est un peu l’alter ego féminin de l’homme invisible. Sa transparence est dans ces pages un leitmotiv : « Les hommes, quel que soit leur âge, ne me remarquent pas » ; « J’ai appris il y a longtemps à me rendre invisible » ; « Je suis gentille, propre, bien chaussée, bien habillée, mais transparente ». N’allez pas croire cependant que ce livre soit la confession d’une Bridget Jones version quadra boulotte ; Coupland est autrement plus fin. Sur un ton volontiers sarcastique et avec une précision d’anthropologue, il décrit le quotidien pathétique et les mœurs de cette célibataire figurante de sa propre existence : la monotonie des soirées, l’amertume au contact des couples, les crises, la minutieuse comptabilité des blessures qui ne cicatrisent pas, les frustrations, les non-dits et les désirs enfouis. L’apparition du dénommé Jeremy dans la vie de Liz changera tout. Qui est-il pour elle, on vous laisse le découvrir. Disons simplement que sa présence entraîne un gros bouleversement identitaire. Commence alors de s’écrire une algèbre des relations humaines, la vie de Liz, comme toute vie, étant à la fois multiplication et division, addition et soustraction. Dans cette équation à plusieurs inconnues qu’est sa personnalité, l’héroïne de Coupland cherche à remplir les trous, à combler les vides. La moralité de tout ça ? Les gens ne sont jamais a

ELEANOR RIGBY
de DOUGLAS COUPLAND
Traduit de l’anglais par Christophe Grosdidier, 10/18,
299 pages, 7,80

Eleanor Rigby Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.
LMDA PDF n°105
4.00 €