La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Pour le moins

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Marta Krol

Parmi ses multiples publications, le philosophe François Dagognet se distingue par l’intérêt qu’il a déjà pu porter à des objets aussi compliqués à penser que les surfaces, ou encore les déchets et détritus. Là, il s’enquiert du « peu », « presque rien », ou « moins que rien ». À prendre au sens substantif : le livre traite d’objets tels que brin, poussière, empreinte, fragment, afin de « s’ouvrir à l’extrême minceur » à l’encontre de la tendance spontanée de la pensée à se tourner vers le plus, à privilégier le volumineux, le plein, le lisse et le complet. Voilà par quoi il est intéressant, plaisant, voire à certains égards précieux : la question de l’ontologie de ces choses infimes non seulement relève du défi de par la gratuité intellectuelle de la démarche (les enjeux pour la somme des connaissances sont en effets à peu près nuls), mais aussi vous repose l’esprit, fatigué de sempiternelles questions massives et insolvables : le bien, le mal, l’origine de l’univers, son issue, la liberté, la responsabilité… Avec François Dagognet, on plonge avec délice dans le luxe de l’inutile ; sinon même, on pratique une forme de résistance ou de l’insoumission à la doxa du grave et de l’urgent. L’essai se situe dans le sillage de l’écriture du détail façon Robbe-Grillet (« déjouer le mythe de la profondeur »), de l’étude sur l’ordinaire manière Lautréamont ou Quintane, de la truculence du peu de Thomas De Quincey ; fait penser à la minutie suspensive de certains peintres et, d’une certaine manière, à des maîtres de l’impératif du réel, de l’exigence du (bon) sens et de la méfiance de consensus, tels que Clément Rosset, Jacques Bouveresse ou François Roustang.
Et si la méthode artistique bien davantage que scientifique prête à la discussion, si on s’étonne d’absences de certaines références (Strawson ?) ou outils (la Gestalt ?) et de la volatilité d’arguments souvent convoqués ad hoc, si les injonctions émotives au lecteur prêtent à sourire, on devine que l’humour, le pastiche et l’autodérision (« nous pensons avoir empêché la malédiction qui frappe le « peu » ») ne sont pas étrangers au philosophe de la modeste matière.

POUR LE MOINS
DE FRANçOIS DAGOGNET
Encre marine, 125 pages, 19

Pour le moins Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109
6.50 €
LMDA PDF n°109
4.00 €