La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mon couronnement

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Chloé Brendlé

Étonnant premier roman que ce court récit d’une centaine de pages, qui raconte l’histoire d’un vieil homme qui pose un lapin à la gloire… Le narrateur, Gilbert Kaplan, ex-physicien et « senior » au passé jonché de tombeaux mal scellés, et au futur guère plus avenant, raconte, un tantinet pince-sans-rire, son ironique « couronnement ». Débusqué dans son antre de la rue Saint-Lazare, après qu’on a exhumé une de ses anciennes découvertes scientifiques, le vieil homme qui n’aspire qu’à sa tranquillité, ressemble à un bernard-l’ermite qu’on aurait extirpé de sa coquille, et qui ne se laisse pas vraiment faire. Surtout quand des revenants de son passé, dans le sillage des journalistes, resurgissent et s’empressent auprès de lui pour le rendre « présentable ». De la découverte scientifique en question, le lecteur ne saura presque rien, pour la simple et bonne raison que le héros malgré lui l’a bel et bien balayée de sa mémoire. Face à la précipitation des gens et des événements, le narrateur oppose la douleur et la lenteur des choses, l’indifférence et les sentiments feutrés qui ouatent son quotidien. C’est bien connu, l’humour est la politesse du désespoir. Le narrateur évoque avec pudeur et lucidité son entourage, Mme Ambrunaz la femme qui fait le ménage et partage sa vieillesse, à une époque où celle-ci n’est plus qu’une « maladie comme une autre », le docteur Manière, médecin légiste insomniaque, et puis les ombres, celle de la sœur, enfuie avec un évêque le jour de son mariage et jamais revue, le vieil ami Henri Lenoir auquel il rend visite dans sa tour, et qu’il ne verra pas… Toute la ribambelle d’une vie impossible à rabibocher. Mais Mon couronnement n’est pas seulement un tombeau littéraire que se creuserait un homme à l’heure de faire le décompte des regrets. Il s’agit autant de tirer avec une éclatante simplicité la ligne claire de la solitude, que de faire un « arrêt sur images » dans la course folle au bonheur et à l’efficacité, que tentent d’imposer la société

MON COURONNEMENT
dE VÉRONIQUE BIZOT
Actes Sud, 108 pages, 13

Mon couronnement Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109
6.50 €
LMDA PDF n°109
4.00 €