La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Strasbourg Une goutte qui rafraîchit

février 2010 | Le Matricule des Anges n°110 | par Philippe Savary

Les belles histoires naissent aussi sur les planches. C’est au festival Premières, associant le TNS et le Maillon, que les éditions La Dernière goutte doivent leur existence. Ce soir-là, de juin 2006, Simon Delétang adaptait Petit camp de Pierre Mérot. Nathalie Eberhardt (notre photo) et Christophe Sedierta sortent du théâtre bouleversés. « Il fallait passer à l’acte. Défendre des textes pareils, envers et contre tout. » Sans aucune expérience de l’édition, - l’une est prof de philo, l’autre juriste -, le couple crée une Sarl. Le logo - un copiste brandissant une goutte d’encre - annonce la couleur : il s’agira de publier une littérature volontairement mordante et frondeuse. Une première salve de romans sort en février 2008. Tirés à 2000 exemplaires. Le catalogue compte aujourd’hui huit titres. Cinq fictions françaises, trois étrangères. « Nous cherchons des textes toniques qui sapent les conformismes », explique Nathalie Eberhardt. À l’image de l’œuvre iconoclaste de Jacques Sternberg que la jeune maison réédite (Le Délit et Un jour ouvrable). « La qualité première d’un livre n’est pas de plaire », ajoute cette amoureuse des lettres germaniques (Jelinek, Musil) pour qui Strasbourg est avant tout « un accès aux trésors de la culture allemande ». C’est du reste grâce à un antiquaire de Hambourg que La Dernière goutte a publié son texte le plus poignant : Mes enfers de Jakob Elias Poritzky (1876-1935). Ce long cri d’un inconsolé qui rêva sa mort ravit d’ailleurs Enrique Vila-Matas, si l’on en croit une de ses chroniques parues dans El País. Depuis deux ans, Nathalie et Christophe apprennent le métier. Après Calibre, « une mauvaise expérience », puis le dépôt de bilan d’Hypérion, leur diffusion-distribution est maintenant assurée par Pollen-Litteral. Et leur domaine de langues s’étend : ce mois-ci ils font paraître Les Enfants disparaissent de l’Argentin Gabriel Báñez, puis en mars Casa Balboa de Mario Rocchi, chronique d’un désordre ordinaire sous l’Italie berlusconienne. Du coup, l’Alsace s’agrandit.

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°110
6.50 €
LMDA PDF n°110
4.00 €