La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Comment toucher

avril 2010 | Le Matricule des Anges n°112 | par Etienne Leterrier

Dans le village congolais de Maty-Ougourou, le chef d’une guerilla vient d’être abattu. Niang Saho, surnommé le « doux guerrier », le Guévara Noir, a été emporté, « son corps nu dans un drap rouge ». Le problème est que le corps a disparu, et qu’il a été aperçu, bien vivant, par l’une de ses amantes, dans la forêt. Ariane-Sylvie Sutter prétend en effet que le mort lui aurait adressé la parole. Mais comme Marie-Madeleine face au Christ ressuscité, elle n’a pas pu le toucher. Par conséquent, on refuse de la croire.
Les textes de Roland Fichet ont été, depuis plusieurs années, mis en scène par Stanislas Nordey, Michel Didym ou encore Frédéric Fisbach. C’est l’énigme de la résurrection qui est à l’origine de ce troisième fragment du triptyque Anatomies, dont les deux premiers ont été joués dans une dizaine de pays d’Afrique. Mais si la résurrection du Christ faisait se rassembler les disciples, celle de Niang Saho fait éclater le groupe en plusieurs sous-groupes, d’hommes et surtout de femmes, qui s’apprêtent dès lors à arpenter toutes les terres de conflit de l’Afrique contemporaine, à la recherche de Niang Saho.
Au terme de ce parcours incertain, peut-être une nouvelle révélation : atteindre l’autre, parvenir à le toucher, à restaurer une humanité déchirée : « Le toucher, c’est le fin du fin, ce qui trouble au fond, bien au fond, le plus ; ce qui fait frémir au fond, bien au fond, le plus. Y a rien plus que ça qui fait frémir. Dans ma vie, que ça, je n’ai cherché que ça ». Comment toucher parvient, à terme, à mêler dans cette quête le vocabulaire quotidien des femmes africaines et une poésie lyrique traversée parfois d’accents claudéliens, bibliques. « Noli me tangere », « Ne me touche pas », est l’injonction qui, dans la bouche de Jésus ressuscité, sépare l’humanité du surnaturel. Or il n’y a pas plus théâtral que cette injonction, qui promeut le regard comme le premier de tous les sens.

COMMENT TOUCHER
de ROLAND FICHET
éditions Théâtrales, 64 pages, 11,50

Comment toucher Par Etienne Leterrier
Le Matricule des Anges n°112 , avril 2010.
LMDA papier n°112
6.50 €
LMDA PDF n°112
4.00 €