La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images Le beau feuilleton

avril 2010 | Le Matricule des Anges n°112 | par Gilles Magniont

Prolongement rêvé aux productions populaires de l’entre-deux-guerres, La Brigade chimérique dessine un monde où tout se tient. .

La Brigade chimérique vol.4

Difficile de présenter cette série, aujourd’hui à son quatrième tome : et même, au départ, on n’y comprenait pas grand-chose. On se figurait grosso modo que l’idée était fort originale (des justiciers bien de chez nous à la veille de la Seconde Guerre mondiale), mais que sa réalisation était malaisée. Notamment, l’excès de petites cases et de grandes figures (de littérature populaire en histoire littéraire : André Breton sous une affiche du Nyctalope) pouvait signaler la bande dessinée un poil trop cultivée pour être honnête. On se trompait : le charme met un peu de temps à agir, mais il est profond.
Il tient d’abord aux racines de La Brigade…, qui s’enfoncent assez loin. Le romancier Serge Lehman, ici scénariste (avec Fabrice Colin), est parti d’un étonnement : pourquoi l’Europe occidentale n’a-t-elle pas produit de super-héros ? « Quelque chose »manque«  dans notre imaginaire, sans qu’on puisse dire quoi exactement » : ce quelque chose fut pourtant tout près d’exister, en témoignent les aventuriers des feuilletonistes qu’un coup de pouce aurait pu hisser jusqu’aux exploits de leurs confrères américains. En témoignent encore quelques romans oubliés, tel, en 1919, L’Homme chimérique de George Spad (?) : dans les tranchées, le lieutenant de Séverac, pris entre les gaz allemands et les rayons X de son unité de radiologie, se trouve « remplacé » par quatre personnages, les Chimériques. En 1934, l’éditeur annonce une suite : « Dans l’Europe en état de guerre civile larvaire, une nouvelle génération de surhommes travaille au contrôle des foules (…) c’est au centre que se dresse le plus grand ennemi de la liberté, le maître du crime légal et de l’hypnose de masse. MABUSE ! Ce nom seul fait trembler et gémir sur tout le continent… Sauf à Paris. Dans les salles secrètes de l’Institut du Radium, la riposte se prépare. Réservez dès maintenant auprès de votre libraire  »La Brigade Chimérique contre Mabuse« . »
La suite ne paraîtra pas, ou du moins ne paraît qu’aujourd’hui. Ses concepteurs sont fidèles à la bande-annonce de 34, dans la distribution des rôles, dans le trait souvent expressionniste (Mabuse oblige), et dans l’esprit finalement si profond : l’Histoire se projette ici sur les intrigues, ou mieux encore, les fictions sont rendues à leur très grande et très mystérieuse force. En ce sens, on reste soufflé par l’ampleur remarquable, du point de vue du texte comme de l’inventivité graphique (Gess), des dernières pages de ce volume : les gargouilles deviennent officiers allemands et Gregor Samsa dévoile les étapes de la solution finale - que vient-il faire dans cette galère ? Le site consacré à notre bande dessinée rappelle que Kafka, pour présenter le héros de La Métamorphose, use du terme même qu’emploiera Hitler pour désigner les Juifs - ungeziefer, vermine. « Cette intuition d’une énigme latente, déposée dans la littérature et le cinéma européens des années 20-30, d’une jonction entre les mots, les images, les symboles aussi dévastatrice que le dévoiement nazi du thème du surhomme, est l’émotion qui a donné forme à La Brigade Chimérique. »

La Brigade chimérique, t. IV
(Serge Lehman, Fabrice Colin, Céline Bessonneau, Gess pour les couleurs), L’Atalante, 48 pages, 11

Le beau feuilleton Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°112 , avril 2010.
LMDA papier n°112 - 6.50 €
LMDA PDF n°112 - 4.00 €