La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Apéro géant

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Gilles Magniont

C’est la foire et du Sorel tout craché. Pas besoin de montagnes russes ni de poudre de perlimpinpin : Polyandre, fantaisie narrative de 1648, nous tire par la manche et nous entraîne dans une virée parisienne comme si on y était. Ça parle ça dispute ça se reçoit ça disparaît ça revient et nous embrouille. Dans la veine des romans comiques, moins connu que son Histoire comique de Francion (1623), ce livre-là est de libre facture : les personnages, pris de l’aveu même de l’auteur dans sa préface comme des « caractères », évoluent dans tous les espaces de la ville, de nuit comme de jour, en bonne compagnie ou en plus trouble société. Et le plaisir qu’on prend à ces situations doit beaucoup sans doute à la sorte d’« esprit hétéroclite » qui s’en dégage tout comme la force de pénétration du regard - il est vrai que les dieux pouvaient encore en ce temps-là faire barrage à la sociologie. Pour autant, de société, il en est sans cesse question, tournée et retournée dans tous les sens, à l’occasion de rencontres, de conversations ou de désordres qui font la trame du roman, comme dans ce bal où de jeunes gens « qui alloient partout sans y estre mandez » sèment le trouble, raillent et rompent bruyamment l’ordonnancement de la danse. Les violons se taisent alors, les « filoux » sortent l’épée, et la compagnie s’ébroue : « Nostre vray remède seroit de ne pas faire de si grandes assemblées, & de ne nous réjouïr qu’avec un petit nombre de nos voisins et nos voisines ; Cela estant, aucun n’oseroit nous troubler. Il n’y a que ce nom de Bal qui supose une assemblée publique, où il entre qui peut : il faudroit laisser cela aux grands Seigneurs qui ont des Suisses et d’autres gardes pour refuser l’entrée à qui ils veulent ».

Polyandre, histoire comique
de Charles Sorel
éditions Klincksiek, 477 pages, 35

Apéro géant Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114
6.50 €
LMDA PDF n°114
4.00 €