La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Léger mieux et brefs impératifs

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Richard Blin

Trois destins, trois portraits de femmes ayant une même passion pour la littérature et pour l’écriture : Virginia Woolf, Sylvia Plath, Marina Tsvétaïeva. Elles sont changeantes, instables, comme les mouvements de l’âme ou la fuyante vérité. Elles ont besoin d’aimer, ont l’exigence tranchante, sont toute en vibrations, passent de l’euphorie à la mélancolie, ont chacune leurs chimères, leurs monstres intimes, leurs désirs. C’est un peu leur livre intérieur que nous donne à feuilleter Shoshana Rappaport. Un livre fait de traces, de mémoire sensorielle, de gestes, de réalité brute. Une façon de nous faire pénétrer dans l’intimité du quotidien et dans l’arrière-pays d’une écriture. C’est Virginia Woolf avec son « sourire au bord des larmes », son cerveau qui parfois « se ferme » et « devient chrysalide », sa représentation de la vie comme formée d’une série de présents immobilisés, sa lutte contre la migraine et les assauts de la dépression. C’est Sylvia Plath aux prises avec ses « moi » contradictoires, sa dépendance de l’autre, son mal de vivre et ses poèmes aux rythmes étranges. C’est Marina Tsvétaïeva, son « charme aigu », son incandescence, sa vie de souffrance et ses amours, sa langue « grenue, aphoristique, subjuguant par son impitoyable logique ». « La seule fête de sa vie ce sont ses vers. »
Trois vies, trois œuvres hantées par la perte et la quête d’une unité égarée. De ces forces qui désaccordent, Shoshana Rappaport nous donne un autre aperçu dans ses Brefs impératifs, une série de textes hésitant entre la lettre et la page de carnet, le dialogue à distance et l’ombre portée d’un amour. Un entre-deux qu’elle tente de cerner en une suite d’affleurements, par bribes, avec un sens intime du temps. Reste comme la trame d’un livre impossible à écrire : « un chantier en chantier », un horizon et des vœux pieux. « Tracer des lignes encerclantes »  ; « parvenir à mythologiser les signes du présent »  ; « saisir ce qui gauchit » ou « être bref, obscur, attrayant »… En ce sens, l’objectif est atteint.

LÉGER MIEUX ET BREFS IMPÉRATIFS
de SHOSHANA RAPPAPORT
L’ACTMEM, 120 et 144 pages, 17 et 18

Léger mieux et brefs impératifs Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €