La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’industrie du texte

janvier 2013 | Le Matricule des Anges n°139

Aussi fervente qu’imposante, une histoire de la traduction en France, qui commence par le XIXe siècle.

Histoire des relations internationales : XIXe et XXe siècles

Notre temps semble celui des sommes : après La Langue littéraire (de Gustave Flaubert à Claude Simon) de Philippe et Piat en 2009, voici le premier tome d’une monumentale Histoire des traductions en langue française, consacré au XIXesiècle – viendront plus tard trois autres volumes, XVe-XVIesiècles, XVIIe-XVIIIe et enfin XXe. Celui-ci est dirigé par trois maîtres d’œuvre, et rédigé par une armée de spécialistes, 67 pour être précis, pour 15 chapitres de 40 à 100 pages, accompagnés d’une introduction et d’un bilan, plus un index énorme des traducteurs en langue française (52 pages), plus un index d’autres personnalités. Les chapitres s’organisent en genres (prose narrative, poésie, théâtre, littérature d’enfance et de jeunesse…) et domaines (sciences et techniques, textes juridiques, religions), à quoi il faut encore ajouter l’entrée par les personnes (historiens, philosophes, traducteurs) ou par des chemins de traverse : la bibliométrie, l’antiquité, le panthéon littéraire.
Une diversité d’angles d’attaque donc nécessaire pour ouvrir très large le compas, d’autant qu’ici le panorama inclut une grande variété de langues sources, parfois inattendues : de l’anglais, de l’allemand, du russe bien sûr, mais on lit aussi des lignes sur le coréen qu’on ne s’attendait pas forcément à croiser dans ce XIXe siècle. Ainsi le projet renoue-t-il avec un certain enthousiasme encyclopédique, tant il est – si l’on considère la totalité à venir – colossal. À cet encyclopédisme s’ajoute toutefois une dimension de chaleur aussi rare que surprenante dans une œuvre aussi sérieuse et documentée, dimension qui tient à deux éléments essentiels : le style, et le petit peuple de la forêt des traducteurs ici affairé. Le style d’abord, qui, s’il est forcément varié ou changeant selon les chapitres, reste d’une lisibilité exemplaire, souvent narratif, et quelquefois même haletant dans certaines parties où se jouent sous nos yeux les concurrences entre les journaux ou les maisons d’éditions, les polémiques et parfois les railleries, ce qui nous mène tout droit à la dimension humaine. Recherche chaude en effet, puisque les chapitres, s’ils manient les classements, produits notamment par le plan des chapitres, sont remarquables de la présence vive des traducteurs, des plus célèbres – Chateaubriand génial comme toujours, Hugo père et fils… – aux plus obscurs, les invisibles qui reçoivent aujourd’hui le plus bel hommage qui soit. Parmi ceux-là, et c’est une des surprises du volume, des femmes, beaucoup de femmes, tant dans le domaine des lettres que dans le domaine scientifique et industriel, qui s’affairent à traduire ou transposer en français les textes qu’elles jugent nécessaires à l’ouverture et l’enrichissement de la culture française.
Car qui dit traduction dit surtout pratiques inscrites dans des méthodes ou théories – pour aller vite, la lettre ou l’esprit –, des cadres juridiques – la propriété intellectuelle –, et des normes – dans quel français ? Il est ainsi une autre perspective à partir de laquelle ce volume peut être lu, celui de l’histoire du français, lequel peine souvent à trouver sa forme : à force de naturalisations et de petits arrangements avec les voix venues d’ailleurs, l’impératif de l’élégance et du génie de la langue freine parfois l’éclosion de l’étranger dans le pays… Mais il arrive aussi que de jolis mots soient tentés, comme « étrangèreté » en 1830 – sous la plume d’un mystérieux M.B. – pour désigner des « tournures nouvelles » apparues à la faveur des traductions, alors « plus que jamais œuvre de conscience et de sympathie littéraire ».

Gilles Magniont

Histoire des traductions en langue française, XIXe siècle (1815-1914)
Sous la direction d’Yves Chevrel, Lieven D’Hulst et Christine Lombez
Verdier, 1369 pages, 48

L’industrie du texte
Le Matricule des Anges n°139 , janvier 2013.
LMDA papier n°139
6.50 €
LMDA PDF n°139
4.00 €