La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Rêve du retour

septembre 2015 | Le Matricule des Anges n°166 | par Martine Laval

Aoracio Castellanos Moya, le retour. On le savait d’une causticité assassine, drôle, méchant, impitoyable, visant une littérature à hauts risques… voici à nouveau sa verve plus fougueuse que jamais, délirante, piquante, celle déjà tant admirée dans quelques-uns de ses meilleurs livres, Le Dégoût, Le Bal des vipères. Le neuvième roman de l’écrivain nomade malgré lui (né au Honduras, le trublion a vécu au rythme de l’Histoire et de ses guerres au Salvador, au Mexique, en Europe, aux États-Unis) s’intitule Le Rêve du retour : quoi de plus essentiel pour un exilé ?
Pour raconter la tragédie, violence morale et physique, ces destins fracassés par le flot des dictatures, Horacio Castellanos Moya tient le pari de la farce. Il retourne l’Histoire comme une crêpe, les clichés, les bons sentiments avec. Il carbure au burlesque, voire au foldingue, au farfelu, pour mieux décrasser les plaies, fouiller, farfouiller, toucher juste, et épurer. Erasmo Aragon, son narrateur, un Salvadorien exilé au Mexique, est tenté par le retour au pays. Il a tout de l’antihéros, piètre mari, père négligent, journaliste à la noix, bref, il est lâche, mufle, toqué, et terriblement touchant : c’est tout l’art de Castellanos Moya de rendre humains la folie des âmes et le désastre du monde. Partir ? Rester ? Erasmo Aragon hésite, tergiverse, s’alcoolise comme un forcené, fuit, angoisse, à tel point qu’il en devient malade (ou croit être malade, et même mourant). Il consulte un étrange médecin qui lui propose des séances d’hypnose… un peu comme on va à confesse, hop, on se lave de ses péchés, on oublie, on revit. Une drogue.
Castellanos Moya fait de l’écriture un typhon, un ouragan ou un déluge, une de ces choses grandioses, presque surnaturelles, à la fois magnifiques et terrifiantes, qui semblent indomptables, et pourtant non. Tout ce qu’on attend de la littérature. Tout ce que sait faire Horacio Castellanos Moya.
Martine Laval

LE REVE DU RETOUR
DE HORACIO CASTELLANOS MOYA
Traduit de l’espagnol (Salvador) par René Solis, Métailié, 155 pages, 17

Le Matricule des Anges n°166 , septembre 2015.
LMDA papier n°166 - 6.50 €
LMDA PDF n°166 - 4.00 €