La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Le vide et la grâce

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Thierry Cecille

Il est urgent de (re)lire Georges Bernanos (1898-1948) : un romancier chercheur d’âmes, pour des temps d’apocalypse. La Pléiade nous y invite.

Oeuvres romanesques complètes (suivi de) Dialogues des carmélites

En ces jours tragiques, face à des actes qui semblent surgir d’un autre âge, obéir à d’autres impératifs que ceux que nous inculque une société laïque, que nous croyions passablement pacifiée, nous sommes en proie à une interrogation taraudante : pourquoi ? Pourquoi nos semblables sont-ils devenus si dissemblables, pourquoi se livrent-ils ainsi au désir de mort, pourquoi acceptent-ils de devenir monstrueux ? Nous écoutons alors les réponses diverses et toutes insuffisantes, les tentatives d’explication – politiques, sociologiques, psychiatriques parfois. Écoutons plutôt une autre voix : « Vous êtes libres, mes amis. Cent fois plus libres que les sauvages ou les païens, tout à fait libres, libres comme des bêtes. (…) Et maintenant le mal ne vous tient plus chaud. Vous vous sentez tout transis, tout froids. On parle toujours du feu de l’enfer, mais personne ne l’a vu, mes amis. L’enfer c’est le froid (…) Et voilà que le diable lui-même s’est retiré de vous. Ah ! Que nous sommes seuls dans le mal, mes frères ! Les pauvres hommes, de siècle en siècle, rêvent de rompre cette solitude-là, – peine perdue ! (…) Le diable, voyez-vous, c’est l’ami qui ne reste jamais jusqu’au bout ». Celui qui parle ainsi est un prêtre : dans le dernier roman de Bernanos, Monsieur Ouine, il s’adresse ainsi aux villageois qui composent ce qu’il appelle sa « paroisse morte ». Un valet de ferme a été tué, une vieille aristocrate va être lynchée, le maire du village, devenu fou, va errer dans la campagne en pyjama : le prêtre, lui, fait le diagnostic d’une humanité déboussolée, exposée au vide, à l’ennui, au désespoir – quand toute spiritualité s’est retirée, quand se sont tues les voix qui pouvaient annoncer la bonne nouvelle.
De fait, cette nouvelle édition en Pléiade des œuvres romanesques de Bernanos pourrait être un vade-mecum à conseiller, un viatique pour l’année qui s’annonce, ou même toutes celles qui suivront, peut-être tout aussi funèbres et incompréhensibles. C’est en effet à une exploration de ce qu’il faut oser appeler (Bernanos déteste les lâches périphrases) l’âme humaine, dans ses secrets et ses abîmes, que s’est livré Bernanos sa vie durant, en affrontant les affres de la vie matérielle souvent pénible qui lui était échue et en frôlant à plusieurs reprises le gouffre de la dépression. En 1961, Albert Béguin fut le maître d’œuvre, pour la Pléiade, d’un fort volume pourvu d’un appareil critique limité mais enrichi d’une préface de Gaëtan Picon et d’une rapide biographie par Michel Estève. Cette nouvelle édition en deux volumes nous propose donc une vision renouvelée des huit romans de Bernanos, suivis ici de ses Dialogues des carmélites, plus de deux mille pages patiemment rassemblées, accompagnées d’extraits de sa correspondance, d’entretiens, de textes critiques témoignant de la réception de ses œuvres.
Né en 1888, Bernanos est à 20 ans un militant fervent de l’Action française, révolté contre la République qu’il juge décadente et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°169
6.50 €
LMDA PDF n°169
4.00 €