La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Douleur porte un costume de plumes

mars 2016 | Le Matricule des Anges n°171 | par Thierry Guinhut

La Douleur porte un costume de plumes

Jamais plus ! Jamais plus ! » scandait le corbeau d’Edgar Allan Poe. En effet jamais plus ne reviendra l’épouse décédée, la mère de deux enfants fort polissons. Les voix de ses derniers alternent avec celle paternelle, et celle de qui « porte un costume de plumes ». Le corbeau est l’un des animaux les plus doués d’intelligence ; et ici d’empathie, au service du travail de deuil.
À travers la prosopopée, cette figure de rhétorique qui fait parler les animaux, il commente l’histoire familiale dans un style saccadé, des onomatopées, avec un humour macabre : « J’étais excuse, ami, deus ex machina, blague, symptôme, fiction, spectre, béquille, revenant, jouet, bâillon, psychanalyste et baby-sitter ». Il est également un brin philosophe, et l’allégorie de la « Douleur » du titre, donc le fantasme post-traumatique du père, qui écrit un livre sur le poète qui fut marié avec Silvia Plath : « Ted Hugues, le Corbeau sur le divan, une analyse sauvage ». Ce que confirme sans ambages la bête pas si bête, qui prépare ses « mémoires littéraires de haut-vol » et soigne ses métaphores psychanalytiques : « un soupçon de plumage noir et l’odeur de la mort. Ta-daa ! C’est le centre pourri, le Grünewald, les clous dans les mains »…
Éditeur chez Granta et Portobello, Max Porter est né en 1981. Sa fable polyphonique ne demande qu’à être illustrée par un graphisme aussi ébouriffant que le plumage de son volatile. On ne sait si l’on a sous les yeux un court roman, une novella comme disent les Anglais, ou quelque chose qui s’apparente au conte de fées et approche du poème en vers libres. Qu’importe, ce récit fantastique original et parfaitement fantaisiste, à ranger non loin d’Alice au pays des merveilles, dégage une poésie suggestive, une fantaisie débridée, un charme noir non pareil.
Thierry Guinhut

LA DOULEUR PORTE UN MASQUE DE PLUMES
DE MAX PORTER
Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Charles Recoursé, Seuil, 14,50

Le Matricule des Anges n°171 , mars 2016.
LMDA papier n°171 - 6.50 €
LMDA PDF n°171 - 4.00 €