La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Requiem des aberrations

mai 2016 | Le Matricule des Anges n°173 | par Camille Cloarec

Requiem des aberrations

La messe que nous livre Yves Gourvil n’a rien de triste ni de catholique. Elle est bien plutôt une ode aux « humains frappés d’indécision ou versés dans le fossé », qui se maintiennent aux marges de la société. Les personnages de Requiem des aberrations sont en effet d’une belle extravagance. Par exemple, le grandiose Moïse Chant d’Amour, une sorte de John Wayne des banlieues, passionné par Wagner, qui est « le centre de tous ses centres d’intérêts, le moyeu de la grande roue de sa vie ». Avec Abraham Goulu, alias le Grand Magistral, qui « vacille aux lisières de la clochardisation », et le narrateur Saturnin, ils forment le projet de rénover un local abandonné en « anti-Disneyland » consacré à la musique classique.
L’intrigue est truffée d’embûches, de rencontres excentriques et de bonne humeur. L’auteur manipule avec humour les codes romanesques. À la manière de Cervantès, chaque chapitre commence par un résumé fourni de ce que l’on va y découvrir. Le lecteur est sans cesse pris à partie, participant pleinement à cette vaste entreprise de squattage qui réunit (entre autres) le bourgeois Jean-Maurice, l’anar Pandolphe et la famille des Apatrides. Les dialogues qui rassemblent ces êtres imparfaits et originaux tiennent du théâtre, et transforment leur chute en grâce héroïque. Un goût des mots rares et désuets nourrit le texte. Le langage exprime un décalage criant entre les mots et la réalité ; la Princesse du Paradis est ainsi technicienne de surface, le propriétaire un Tenancier des Ténèbres.
Avec une justesse teinte de légèreté, Yves Gourvil donne la parole à ces êtres égarés, alcooliques, immigrés ou esseulés. Il nous rappelle qu’il est possible de pencher pour la rature, comme Thérèse Bethsabée, ancienne danseuse boulimique, qui a « renoncé à l’infiniment élevé pour le très bas, délaissé l’éther et les nuées pour le terrestre, l’humus et le pavé des villes ». Et qu’il peut être de bon ton de « se festoyer un kebab » de temps en temps.
Camille Cloarec

REQUIEM
DES ABERRATIONS
D’YVES GOURVIL
Éditions du Sonneur, 406 pages, 18 e

Le Matricule des Anges n°173 , mai 2016.
LMDA papier n°173
6.50 €
LMDA PDF n°173
4.00 €