La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Sonneur

A propos

Le bruit des autres Le Sonneur, c’est à la fois la figure du poète chez Mallarmé, et le doux nom du crapaud jaune. Depuis 2005, Valérie Millet publie sous cette enseigne des textes d’hier et d’aujourd’hui, toujours contemporains. C’est sur un atoll, en plein Paris, que Valérie Millet a installé les petits bureaux du Sonneur. Au mur : des aquarelles, sur les tables des guides touristiques, des livres d’architecture ou d’histoire dédiés aux splendeurs de l’Asie. Nous sommes en fait ici à la librairie-galerie des Éditions du Pacifique. Celles-ci ont été fondées il y a quarante ans par ses parents, qui continuent d’alimenter le catalogue depuis Singapour. « On assure en contrepartie une permanence », explique la jeune femme. Qui n’est pas dépaysée. Les tropiques, elle connaît. Valérie Millet a passé toute son enfance...
janvier 2009
Le Matricule des Anges n°99

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


L' Accusé
de Khun Srun
2018
Lmda N°195 Texte introuvable au Cambodge, auteur exécuté par les Khmers rouges, il fallait l’intercession d’un passionné comme Christophe Macquet, traducteur de Soth Polin, pour s’attaquer à cet opus troublant et haché par les conflits moraux. Rédigé en quatre moments par un lettré typique de sa génération, en butte au pouvoir, soumis à la censure et aux enfermements, L’Accusé témoigne du cheminement...
L’Accusé, de Khun Srun
juillet 2018
Apaiser la poussière
de Tabish Khair
2010
Lmda N°118
Distances relatives
novembre 2010
Article non disponible
La Brebis galeuse
de Ascanio Celestini
2010
Lmda N°111 En un soliloque enlevé, l’Italien Ascanio Celestini dresse un réquisitoire plein d’humour et de poésie sur le désir d’être et de se consommer. Contre-voix du despotisme, porte-voix d’émergences sociales et politiques : telles pourraient être les définitions du théâtre. Surtout celui élaboré dans la péninsule italienne depuis l’après-guerre. Grande créativité, expérimentations, virulence. Dario Fo, prix Nobel 1997 en est un furieux exemple. Dans son sillage et celui de Pasolini, est né dans les années 80, le théâtre-récit ou théâtre...
Les années folles
mars 2010
Ce que disent les morts et les vivants
de Jean-Marie Dallet
2013
Lmda N°145 Les écrivains n’ont pas le monopole des états d’âmes. Lorsqu’ils s’épanchent sur leur douleur au travail, entre autofiction et autoflagellation, ils deviennent vite ennuyeux. Jean-Marie Dallet a déniché une parade. Puisque la famille et sa farandole de relations lourdes sinon tordues laisse trop d’empreintes jusqu’à l’asphyxie (ou la page blanche), autant régler ses comptes une bonne fois...
Ce que disent les morts et les vivants de Jean-Marie Dallet
juillet 2013
Contes d’une poche et d’une autre poche
de Karel Capek
2018
Lmda N°195 Les récits policiers de Karel Čapek nous montrent un conteur hors pair dont la tendre ironie lui permet de dépeindre un monde fantaisiste et attachant. Le Tchèque Karel Čapek n’a pas besoin de beaucoup de pages pour dérouler une intrigue policière aussi surprenante que bien construite. Les quarante-huit nouvelles qui composent ses Contes d’une poche et d’une autre poche (édités pour la première fois dans leur intégralité) semblent démontrer que l’on peut reproduire et faire varier un schéma souvent identique et illusoirement simple, sur le...
Petit théâtre de poche
juillet 2018
La Jungle du cinéma
de Louis Delluc
2016
Lmda N°177 La reparution de La Jungle du cinéma (1921) de Louis Delluc (1890-1924) donne l’occasion de faire revivre cet enfant vite enfui du cinéma et de renouveler le souvenir de ses nouvelles… presque zoologiques. Ce sont presque des chroniques où un infime « rien », une anecdote offre l’occasion d’aperçus pétillants incrustés dans des récits joyeux et spirituels. Louis Delluc raconte comment bat le...
Les ouvreurs l’appellent Charlot
octobre 2016
Ma découverte de l’Amérique
de Vladimir Maïakovski
2017
Lmda N°182 De son séjour aux États-Unis, le poète russe Maïakovski jette un regard aiguisé et toujours d’actualité sur le grand pays de la frénésie capitaliste. En 1925, Vladimir Maïakovski est invité à donner une série de conférences en Amérique, voyage qui commence par Cuba, où il débarque pour une brève visite de La Havane, avant de passer au Mexique, où il fait un séjour plus important (l’occasion de connaître, entre autres, le peintre muraliste Diego Rivera et de s’intéresser à la réalité de la militance communiste dans un pays aussi chaotique...
Lettres américaines
avril 2017
Mes saisons en enfer : cinq voyages chauchemardesques
de Martha Gellhorn
2015
Lmda N°171 On avait pu constater avec La Vie sexuelle des cannibales de J. Maarten Troost (Hoëbeke, 2012) ou Contrebandier de la mer Rouge d’Éric Hansen (Payot, 1993) que le récit des voyages tournant vinaigre avait des vertus particulièrement grisantes. L’immersion dans Mes saisons en enfer de Martha Gellhorn le confirme cinq fois. L’aventureuse américaine, née en 1908 à Saint-Louis et morte à Londres...
Les galères volontaires
mars 2016
Le Monde sur le vif
de Martha Gellhorn
2019
Lmda N°208 De l’Amérique du New Deal au Cuba des années 80, Martha Gellhorn enquête et témoigne, avec une perspicacité sans faille et une admirable humanité. Au terme de son existence – et de ces huit cents pages – Martha Gellhorn essaie, modestement, de « formuler une sorte de conclusion » : « Tout au long de ma vie de reporter, j’ai jeté de tout petits galets dans un très grand lac, et je n’ai aucun moyen de savoir si l’un ou l’autre de ces cailloux a causé la moindre vaguelette. Ce n’est d’ailleurs pas à moi de m’en soucier. Ma responsabilité,...
L’œil vivant
novembre 2019
Le Mort sur l’âne
de Nicolas Cavaillès
2018
Lmda N°190 Dans un texte qui fait de la digression son armature, Nicolas Cavaillès tisse un portrait sensible de l’île Maurice en suivant les pas lents d’un curieux âne… Comment parler d’un territoire qui peut s’avérer aussi précis que fantasmé, comment approcher sa diversité, son histoire, les tensions et les conflits que son existence suppose, comment évoquer sa beauté comme sa misère sans tomber dans les généralités toujours trop vagues, dans les grands discours factices et les métaphores creuses ? Comment parler, pour tout dire, d’une réalité quand la...
Dérive toponymique
février 2018
L' Os quotidien
de Gaston Criel
2017
Lmda N°187 Henry Miller écrivait au sujet de Gaston Criel : « C’est un langage vivant, plein de mordant et des sortilèges de la misère qui l’a produit ». La preuve. Au moment de la Libération, l’os à moelle n’était pas la pièce bouchère la plus facile à dénicher. Avec l’arrivée des Américains, on attrapait plus facilement un chewing-gum. Et les filles un ballon. C’est toute l’histoire que raconte Gaston Criel dans son dernier roman publié quelque temps avant sa mort par Samuel Tastet en 1987. Cet os qu’il faut trouver pour manger à sa faim, c’est aussi...
Pardon si ça tache
octobre 2017
Requiem des aberrations
de Yves Gourvil
2016
Lmda N°173 La messe que nous livre Yves Gourvil n’a rien de triste ni de catholique. Elle est bien plutôt une ode aux « humains frappés d’indécision ou versés dans le fossé », qui se maintiennent aux marges de la société. Les personnages de Requiem des aberrations sont en effet d’une belle extravagance. Par exemple, le grandiose Moïse Chant d’Amour, une sorte de John Wayne des banlieues, passionné par...
Requiem des aberrations de Yves Gourvil
mai 2016
Le Sanctuaire
de Laurine Roux
2020
Lmda N°216 Après Une immense sensation de calme, Laurine Roux nous revient avec un roman tout aussi magnétique, pétri de merveilleux et de noirceur. L’intrigue du Sanctuaire fait terriblement écho à la triste actualité mondiale. Alors qu’un virus transmis par les oiseaux a décimé la plupart de la planète, une famille résiste, isolée au cœur des montagnes. Un père, une mère, deux sœurs : ce sont quatre êtres humains qui survivent tant bien que mal, grâce à la chasse, la pêche et la cueillette. « Ici, nous formons une équipe. Personne,...
Morceaux de nuit
septembre 2020
Tigre ! Tigre !
de Mochtar Lubis
2019
Lmda N°203 Nous sommes à Sumatra, à l’ouest de l’Indonésie. Sept villageois rentrent chez eux après avoir récolté de la résine en forêt, quand ils se rendent compte qu’ils sont suivis par un tigre. Est-ce un vieux tigre affamé, trop faible pour chasser autre chose que des proies humaines ou bien l’une de ces « aïeules » indestructibles envoyées par Dieu pour punir les hommes de leurs péchés ?...
Tigre ! tigre ! de Mochtar Lubis
mai 2019
Une immense sensation de calme
de Laurine Roux
2018
Lmda N°192 Quelque part dans le Grand Nord, après le Grand-Oubli, en proie au Grand-Sommeil. Le premier roman de Laurine Roux, auteure de poèmes et de nouvelles, est pétri de grandeurs et d’images. Dans un monde glacial, ravagé par une guerre devenue taboue, des hommes luttent contre la nature. Tout y est extrême. Les températures, les dangers et l’amour. Ainsi en va-t-il de la fascination de la...
Une immense sensation de calme de Laurine Roux
avril 2018
Le Vice de la lecture
de Edith Wharton
2009
Lmda N°104 Dans ce texte paru en 1903, la romancière américaine Edith Wharton (1862-1937) dénonce une des conséquences des progrès modernes (et à ses yeux non la moindre) : la démocratisation de la lecture. Wharton fait d’emblée le départ entre celui qui lit parce qu’il faut lire (puisque la société de son temps a promu la lecture au rang de vertu), et celui qui lit comme il respire (ne pouvant donc...
Le vice de la lecture
juin 2009

Auteurs