La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger O.P. (Ordre Public)

juin 2016 | Le Matricule des Anges n°174 | par Thierry Guinhut

Il n’y a pas de désordre sans prison, ni d’ordre sans prison. Avec Ramón Sender on a droit au pire : une prison abjecte. Nous sommes sous la dictature de Primo de Rivera, dans une Espagne où les années 20 étranglent les promesses de l’illusion communiste, comme du progrès libéral. Un jeune journaliste, incarcéré à la Moncloa, le plus vaste établissement pénitentiaire de Madrid, est témoin d’une explosion de colère, d’une émeute éphémère ; mais les espérances sont déçues par la brutale répression, puis par les exécutions au garrot. Entre le tyrannique « Ordre Public » et « l’ordre universel » des libertaires, le monde est scindé en deux.
Ce pourrait n’être qu’un documentaire romancé, une galerie de portraits de voleurs et criminels : « le Pompon », « le Zèbre », « le Bibliothécaire », « la Tripe »… Mieux, « le Journaliste » incarcéré converse avec un personnage pour le moins insolite qui est « le Vent ». Ce sont des prisonniers politiques, en « cette braderie qu’est la morale espagnole ». Entre « messe » et « isolement fers aux pieds  », le « devoir est de semer les haines et de les féconder dans le sang ». Si le roman engagé pèche par manichéisme, dénonçant avec verdeur le clergé et « le bourgeois », l’écriture est colorée, puissante, mêlant lyrisme et tragique, imprégnée de réalisme magique : jusqu’à la présence du « diable ».
Ce sombre et néanmoins énergique roman, paru en 1931, fut inspiré à Ramón Sender par sa propre détention, à cause de ses convictions anarcho-syndicalistes et de ses protestations contre la dictature militaire. Quoiqu’inscrit dans un contexte politique daté, prémices du franquisme à venir, il reste intemporel.
Thierry Guinhut

O.P. (ORDRE PUBLIC)
DE RÁMON SENDER
Traduit de l’espagnol par Claude Bleton,
Le Nouvel Attila, 240 pages, 18
e

Le Matricule des Anges n°174 , juin 2016.
LMDA papier n°174
6.50 €
LMDA PDF n°174
4.00 €