La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Galop d’essai

juin 2016 | Le Matricule des Anges n°174 | par Didier Garcia

L' Attentat de Sarajevo

Resté inédit jusqu’à aujourd’hui mais écrit alors que Georges Perec (1936-1982) était âgé de 21 ans, L’Attentat de Sarajevo flirte avec ce qu’on appelle le roman d’analyse psychologique. Le narrateur y raconte sa rencontre à Paris avec l’historien d’art Branko, puis avec sa maîtresse Mila, dont il tombe brusquement amoureux. Il la rejoint ensuite en Yougoslavie, où elle repousse ses avances avant d’y céder brièvement, ce qui l’incite à se rendre à Sarajevo, où il tente de réunir Branko, sa femme Anna, sa maîtresse Mila et lui-même, afin qu’Anna y commette un attentat et supprime Branko…
Comme on le voit on est loin du Perec virtuose de La Vie mode d’emploi ou du Perec expérimentateur de La Disparition. Et on se demande comment l’ami de toujours que fut pour Perec Jacques Lederer pouvait voir, « sans flatterie », « un petit chef-d’œuvre » dans L’Attentat de Sarajevo. On se rangera plutôt derrière l’avis de Claude Burgelin qui, dans sa préface (très) bienveillante, se réjouit que Perec se soit aventuré ici dans « des chemins qu’il a bien fait de ne plus emprunter » par la suite.
Quels que soient les doutes que l’on ait quant à l’intérêt d’une telle publication, il faut reconnaître qu’on tient là, non pas la pierre de voûte, mais les fondations de l’œuvre. Que l’on peut prendre pour ce qu’elles sont : rien d’autre que des premiers pas, certes un peu maladroits, mais qui ont rendu possible le parcours que l’on connaît. Rien que pour cela, ce récit mérite bien un peu d’indulgence.
Didier Garcia

L’ATTENTAT DE SARAJEVO DE GEORGES PEREC, Éditions du Seuil, 208 pages, 18

Galop d’essai Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°174 , juin 2016.
LMDA papier n°174
6.50 €
LMDA PDF n°174
4.00 €