La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Détails d’athènes

juillet 2016 | Le Matricule des Anges n°175 | par Camille Cloarec

Athènes s’amaigrit. » Tel est le constat auquel Christos Chryssopoulos se heurte d’emblée. Athènes-Disjonction est une promenade au cœur de cette ville dissonante, bancale, qu’il connaît si bien. Nous suivons son inlassable cheminement à travers des lieux que la foule oublie. Dans les rues silencieuses, des sex-shops désertés, des fauteuils abandonnés, des panneaux rouillés. « Ce qui me préoccupe, ce sont les choses inachevées ou endommagées qui nous entourent », explique l’écrivain grec, qui accompagne ses photographies de textes au ton épuré, d’une objectivité sans faille. Ces objets malmenés dressent le portrait d’une ville-musée que les cartes postales taisent. Un labyrinthe imparfait se crée autour de ce mannequin vêtu de sacs-poubelle, de ce cendrier en forme de colonne dorique plastique, tandis que des néons désabusés clignotent au loin.
Christos Chryssopoulos traque le quotidien, la banalité. « Ma pensée dérive encore vers l’art, un art disons impersonnel, sans créateur, un art dû au pur hasard, un véritable art de la rue », souligne-t-il. Pour dire la ville aujourd’hui, sa détresse et sa frénésie, son anachronisme, il choisit le dérisoire. La poubelle fixée à un lampadaire. Les reflets sur une enseigne publicitaire. Le rayon de soleil entre deux immeubles. Cet enchevêtrement de détails insignifiants raconte mieux que des visages ou des paysages un mouvement perpétuel et insaisissable, une pauvreté criante et indisciplinée. Le photographe cherche à être « cerné par l’absence d’esthétique  ». C’est ainsi que, paradoxalement, naît la beauté.
La subtile association des mots et des images de Chryssopoulos rend hommage à un territoire assailli par les paradoxes, hésitant entre désespoir et entrain, passé et futur. Le regard de l’auteur questionne avec une impitoyable tendresse cette ville en souffrance. « Morceau par morceau, je la supprime », réalise-t-il. Des débordements et de la tristesse d’Athènes, il ne demeurera bientôt plus que des trous noirs – autant de reflets de notre propre angoisse.
Camille Cloarec

Athènes-Disjonction de Christos Chryssopoulos
Traduit du grec par Anne-Laure Brisac, Signes et Balises, 96 pages, 14,50

Détails d’athènes Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°175 , juillet 2016.
LMDA PDF n°175
4.00 €