La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Éric Vuillard
L’homme errant

septembre 2016 | Le Matricule des Anges n°176 | par Thierry Guichard

Né sous le signe de la révolte, Éric Vuillard publie aujourd’hui un livre sur la Révolution française. Une manière de rendre prégnant le rôle politique de la littérature.

Il est rare de trouver dans une œuvre littéraire aussi peu d’éléments biographiques sur l’auteur qui l’a composée. Depuis Conquistadors, au moins, les livres d’Éric Vuillard peuvent tout au plus nous révéler de leur auteur de quoi sont faits ses colères et ses penchants. Dans les causes des premières on mettra pêle-mêle les puissants, une certaine bourgeoisie, le capitalisme, la morgue. Du côté des seconds : le peuple, l’Histoire, la littérature. Et ses livres vont des unes aux autres faisant ainsi le procès d’un monde moderne qui commence à sentir le sapin. Des massacres péruviens d’une conquête espagnole avide d’or (Conquistadors) à ceux, plus au nord, célébrés par Buffalo Bill dans son show qui marque la naissance de la société du spectacle (Tristesse de la terre), en passant par les horreurs d’une colonisation africaine (Congo) et le grand suicide de l’Europe (La Guerre d’Occident), l’écrivain fait une œuvre tendue et incandescente où la colère est une énergie et la beauté des phrases un espoir.
Avec ça, bien difficile de découvrir le parcours d’un homme dont l’apparence, soignée, semble vouloir écarter de lui toute curiosité. Affable, l’homme n’est pas un ours. Mais enfin, de là à s’épancher, il y a tout un fossé et il faut insister un peu pour obtenir quelques éléments de réponse sur le parcours d’un homme qui préfèrerait sûrement rester invisible derrière ses livres.
Au cours de la discussion Éric Vuillard lâche une image transmise par sa mère : « je venais de naître. Elle me portait sur le balcon d’où elle voyait mon père sur une barricade. » C’est mai 1968, nous sommes à Lyon et c’est ce mois-là et dans cette ville-là que l’écrivain naît. Son père est un jeune chirurgien, probablement alors en lutte contre le mandarinat, « mais il n’était pas de gauche ». Installée dans un appartement non loin de l’Hôtel-Dieu où le père travaille, la famille accueillera un autre fils et une fille. Pour couper court à une description de la vie familiale, Vuillard use d’une ellipse comme on en trouve dans ses livres : « Ma chambre était près de l’entrée et donnait sur la bibliothèque. Deux solutions s’ouvraient à moi : prendre la clef des champs ou lire. J’ai fait les deux. »
La bibliothèque parentale offre un échantillon de livres assez représentatifs de l’époque : les classiques Larousse voisinent avec les livres de poche sur les tranches desquels se lisent les noms de Camus, Cesbron, Sartre, Mac Orlan, etc. Excellent élève que l’école ennuie profondément, le jeune Éric se lie d’amitié avec le fils d’un concierge et aime traîner dans les rues de la Croix-Rousse avec les autres gamins. Les vacances se passent dans un village alpin de la Drôme à mille mètres d’altitude où les parents se sont mis en tête de retaper tout un village alors en ruines. On y reviendra.
Dans la capitale des Gaules, la grand-mère maternelle, « avec laquelle je m’entendais bien » l’initie aux livres de peinture, d’art, l’entraîne quelquefois au cinéma....

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°176
6.50 €
LMDA PDF n°176
4.00 €