La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Éric Vuillard
L’écriture comme un élan

septembre 2016 | Le Matricule des Anges n°176 | par Thierry Guichard

Née du désir de jeter de la langue sur la page, l’œuvre d’Éric Vuillard a trouvé dans l’Histoire une sorte de colonne vertébrale. Pour agréger à elle la beauté des phrases et l’acuité d’une pensée. Et rendre aux hommes, peut-être, la liberté d’agir.

L’homme semble porter une sorte d’armure au-devant de lui. Ou un hologramme de lui-même derrière quoi la vie se cache, occupée à penser et écrire, loin des injonctions sociales qui la divertiraient de sa tâche. Les premières questions qu’on lui pose n’éraflent pas ce qui sépare l’écrivain de l’homme social, mais au fur et à mesure des questions, l’écrivain apparaît et avec lui la fabrique d’écriture qui jouxte le cabinet de lecture. On entre alors dans le continent intérieur, celui où vivent d’autres écrivains, qu’ils soient d’aujourd’hui ou d’un passé lointain.

Éric Vuillard, après avoir écrit notamment sur la Première Guerre mondiale, la colonisation, Buffalo Bill et son show, vous vous attaquez aujourd’hui au 14 Juillet 1789. Pourquoi ce désir d’écrire sur des événements ou des figures aussi connus ?
Au siècle dernier, la littérature et l’Histoire ont pris le parti salutaire d’abandonner la geste épique pour raconter la journée d’un employé de bureau ou la vie routinière d’un bourg médiéval. Seulement, par un mouvement bien naturel, en se penchant sur la vie ordinaire, en recherchant les causes profondes, elles ont laissé de côté les responsabilités. Et en se tournant de préférence vers des existences modestes, elles ont dédaigné les grandes dates.
Or, il me semble important, aujourd’hui, de nous ressaisir des instigateurs, de reprendre à notre compte ce que Lucien Febvre appelait « l’Histoire diplomatique », d’entrouvrir un peu le rideau derrière lequel les décisions se prennent.
Et puis, la littérature ne peut pas cantonner les gens ordinaires au récit de leur vie quotidienne. Si l’on croit que le récit de leur existence mérite d’être imprimé, si l’on pense que ces vies valent celles des grands de ce monde, alors il faut raconter leur participation aux épisodes mémorables de l’Histoire et faire de la gloire une entreprise collective.

« Nous ressaisir des instigateurs » dites-vous. Pour leur faire un procès ? Vos livres sont souvent à charge, non ?
Je vais redire les choses autrement : à raconter seulement les malheurs du peuple, à s’en tenir au récit des existences modestes, on risque d’oublier que cela est le produit d’une situation, d’un ordre des choses. Or, cet ordre n’est pas une fatalité sans visage. Il y a des intérêts derrière tout ça, une domination. Pour illustrer cela, je dirais que dans Congo, j’ai voulu que les crimes de la colonisation ne soient pas mis à la charge d’une vague conception du mal. Il est à la fois plus juste et plus difficile de rapporter les faits à leur véritable cause, qui est, en dernière instance, l’intérêt des puissants.
Mais la littérature n’est bien sûr pas sans humeur. L’écriture est une affaire de mots et de rythmes, mais aussi de tons, une disposition affective. La satire, par exemple, est une colère froide. Et la colère aussi peut être bonne conseillère !

Le choix du sujet est-il l’acte fondateur de l’écriture d’un livre pour...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°176
6.50 €
LMDA PDF n°176
4.00 €