La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L' Effroi

novembre 2016 | Le Matricule des Anges n°178 | par Camille Cloarec

Tout concert est un duel. » Le Così fan tutte de Mozart, dirigé par le célèbre chef d’orchestre Louis Craon à Paris, en est la preuve. Lorsque ce dernier, à la stupéfaction générale, ouvre la soirée par un salut nazi, le narrateur, Sébastien Armant, réagit spontanément : il se lève et lui tourne le dos, devenant en quelques secondes le héros des médias. Cet altiste confirmé entre donc de manière fracassante dans un monde inconnu et bruyant. « Je découvrais cet univers avec jubilation, comme un enfant gourmand enfin admis dans l’arrière-boutique d’un pâtissier », réalise-t-il lors de son premier entretien à la télévision. Mais rapidement, il perd sa naïveté. L’instrumentalisation de son geste, la superficialité de sa célébrité et l’oubli dans lequel il est rapidement relégué lui font réaliser tout le ridicule de sa situation. Sa « vie désormais se découpait en séquences brèves, mobiles, indépendantes, imprévisibles, aléatoirement juxtaposées, dont l’ensemble ne formait aucune mosaïque et semblait dépourvue de sens ».
François Garde s’attarde sur cet univers médiatique impitoyable, reflet ou produit d’un paysage intellectuel singulièrement appauvri. Sébastien Armant n’est plus qu’un vulgaire pion dans un système de communication avilissant, qui le propulse brutalement au côté des footballeurs et autres chanteurs du moment. Sa vie ne lui appartient plus. Manipulé, humilié, il est également la cible d’actes antisémites. « Dans ce monde où j’avais pénétré le 20 avril, nul n’agissait qu’à son profit », comprend peu à peu le musicien. Tout le machiavélisme de sa nouvelle vie publique ne fait qu’augmenter son premier ressenti. « Restait l’effroi. L’effroi inentamé. L’effroi infiniment tu. » Le champ lexical de la stupeur inonde le roman, qui mêle l’outrage artistique à la sidération la plus intime, le scandale médiatique au choc historique. L’Effroi met des mots justes sur ce sentiment très contemporain, qui renvoie au spectateur hagard tapi en chacun de nous, victime passive ou active d’une actualité au mieux médiocre, au pire accablante, jalonnée de constats terribles – « Notre art avait été souillé. »

Camille Cloarec

L’effroi de François Garde
Gallimard, 304 pages, 20

Le Matricule des Anges n°178 , novembre 2016.
LMDA papier n°178
6.50 €
LMDA PDF n°178
4.00 €