La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Poèmes costumés (suivi de) bât. b2 de Jean-Luc Sarré

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Emmanuel Laugier

Poèmes costumés (suivi de) Bât. B2

Deux livres (épuisés depuis un bail), côte à côte. Deux temps compris entre les années d’une fin de royaume, son agonie, ses langueurs (Poèmes costumés), et les paysages urbains de la cité phocéenne (Bât. B2). Deux vues, l’une, comme trempée dans les Mémoires de Saint-Simon, à celle, panoramique, qu’offre le bâtiment B2 sur un ciel croulant, près à éclater dans les verts de pins ébouriffés… Ces livres dessinent le voyage presque inactuel de la poésie de Jean-Luc Sarré. L’attention aux choses les plus ordinaires est un leitmotiv qui n’empêche pas son regard, ouvert à tout, ironique autant que mêlé de tendresse, d’accueillir la grande Histoire en la tressant à ses détails les plus incongrus. L’effet que ferait le velours sombre d’un pli de robe sur l’œil à l’affut d’un marquis par exemple, Sarré l’écrit dans le battement de tout un inventaire, « sorte de contre-blasons d’une imagerie officielle qui cache (…) ce qu’il y a d’inconvenant  » (Jean Roudaut).
Fait de rêveries fracassées et de désirs rageurs, de constats amers et d’ennui ou de joie prosaïques, le poème, ici, impeccable boiterie, trimballe tout cela dans ses costumes « avec attelages et bestiaire en surimpression  ». C’est un ouï-dire qui insiste en eux, avec des mots à rêver (gourgouran, émigrettes, spadassins, agioteur, hémines, etc.), pour qu’à la crosse du vers on entende « Les fossés du roi puent la merde ? / Il en sera ainsi des miens  », ou encore ce « Madame les bottes dans la boue / toute parfumée de son exil / n’aime pas les défaites insipides  », tandis que « Deux ou trois gants, un éventail, / du crottin comme à la parade / encore fumant sur le pavé / d’une cour qu’abandonne au silence / la musique des chevau-légers… » ouvre un bonjour à la beauté équine… Magnifiques pénétrations de l’Histoire venue résonner dans les pages de Bât. B2 où se réenchante le gris de l’usure, « soit un bruit d’assiettes, de couverts, / tombé du plomb froid de décembre, intrusion ébréchée, ménagère, / déboutonnée jusqu’au soleil  ».

E. L.

Préface de Jean Roudaut,
Le Bruit du temps, 188 pages, 8

Poèmes costumés (suivi de) bât. b2 de Jean-Luc Sarré Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €