La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Richard Blin

C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment

La vie n’est pas une tisane et Ariel Spiegler – née en 1986 – n’est plus une jeune fille. Mais ses poèmes en ont gardé une façon absolue de poser les désirs et les refus, une manière de se confronter au temps, une impatience, une immédiateté, et un peu de désinvolture. « Une petite tape sur le cul / suffit pour faire une âme, / un verre d’eau claire et des fautes de syntaxe. » L’éblouissante évidence aussi de ce qui s’insurge contre la mort. « Le temps me fait peur à tourner. / Je veux sortir de la semaine / et voler éternellement. »
Lire son premier recueil, c’est constater que la poésie est toujours imprévisible, que c’est sa grandeur et son mystère. Une poésie faite de propositions visuelles, de cognements de cœur, de tensions entre le lié et le rompu, de moulages d’instants qui jettent un trouble à la surface du présent. Des poèmes qui compriment le temps, abritent de la vie nue au-delà de toute convention. Disent aussi tout ce qu’il y a d’inaccaparé et d’inaccaparable au fond de l’amour. « Tu auras été Rome et moi, / une petite amande, à peine, en ta salive. »
Une écriture amarrée à la vie, orchestrant conjonctions et disjonctions, soulignant les moments où nous sommes nus devant ce qui nous tient en vie ou nous dépossède. « Marins chantons le sperme amer / de celui que j’aimais trop. / Il n’a pas cette coulée âcre / des hommes polis et douceâtres. » Une poésie qui a conscience de son pouvoir d’enchantement, qui fait revenir dans les mots ce qui s’est perdu avec l’espoir d’approcher le sens mystérieux de l’existence dans la conscience des leurres ou l’intuition de ce qu’ils voilent. « Je ne sais si l’on dissout / l’arrimage des joies défaites. » Des poèmes comme adossés à ce bord où les messages perdus finissent toujours par arriver.

Richard Blin



C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment
d’Ariel Spiegler
Éditions de Corlevour, 112 pages, 16

Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €