La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Alexandre Vialatte
Pot-pourri

juillet 2017 | Le Matricule des Anges n°185 | par Didier Garcia

Après les deux volumes de La Montagne, voici un nouvel ensemble de chroniques journalistiques de Vialatte. Réjouissant.

On trouve un peu de tout dans cette somme : une quantité appréciable d’inédits, des critiques de cinéma, de la littérature, des textes ancrés dans l’actualité, et ce à quoi Vialatte ne nous a guère habitués : de la politique. Dans Bananes de Königsberg, on le surprend au chevet de « l’Allemagne névrosée » des années 1920, puis à ausculter celle de l’après-guerre, notamment à l’occasion du procès de Belsen (camp de concentration où périrent 150 000 personnes – Simone Veil fut des rescapés). Vialatte rapporte sur une dizaine de pages (« Candeur et hébétudes meurtrières ») des propos tenus par « des êtres humains extérieurement semblables aux autres ». Un exemple entre cent de paroles monstrueuses cueillies au vol : « On m’a dit que les condamnés s’étaient révoltés… J’ai hésité à le croire !… J’ai dit : c’est impossible ! » (propos d’un accusé nommé Kramer qui, en parlant d’une jeune fille qui voulait s’évader, a cru bon de déclarer : « Elle voulait partir, je ne sais pas pourquoi »). Dans Spectacle de l’homme et du monde, c’est autour de la guerre d’Algérie que se cristallisent ses prises de position : « On m’a prêté un hebdomadaire catholique : il consacrait une page entière à la photographie de Marilyn Monroe et à son cas psychologique. Il ne contenait pas une ligne sur les misères de deux millions de Français d’Algérie qui ont tous connu des horreurs humaines. »
Pour le reste, nous le retrouvons ici à peu près tel que nous l’avions découvert dans les deux précédents volumes. On assiste à un drôle de vagabondage, qui nous fait passer de la fontaine pétrifiante de Saint-Alyre au Salon de l’auto puis au sculpteur Henri Charlier dans les articles du Petit Dauphinois, ou de Kafka à Gaston Bonheur, de Buzatti à la comtesse de Ségur dans Le Spectacle du monde, comme si tout était digne d’être offert au lecteur. Ou plutôt : comme si rien ne devait être perdu, et comme si tous les détails comptaient pour tenter de dire le monde, tel qu’il est au moment où Vialatte l’empoigne, mais plus encore tel qu’il était mieux avant. Derrière l’apparente désinvolture du ton se cache peut-être quelque chose de plus grave, qui pourrait être le désir de retrouver le paradis perdu, dont il s’efforce de dresser l’inventaire, Vialatte faisant malgré lui œuvre de mémorialiste, la dérision servant alors à masquer la douleur nostalgique.
On y lit des considérations sur l’Auvergne : « Ce qui fait l’intérêt de l’Auvergne, c’est qu’elle est remplie d’Auvergnats. S’il faut en croire les dernières statistiques, elle en contient même plus que Paris. »  ; ou encore : « Après le plaisir d’être français, il n’en est pas de plus grand en juin que d’être auvergnat. ». Des informations décisives sur les mois de l’année : « Le mois d’août date de la plus haute antiquité. Il se caractérise par une chaleur atroce. Il faut l’avoir vécu soi-même pour pouvoir s’en faire une idée. Le sergent de ville colle au bitume de la chaussée. L’Auvergnat ne porte plus que trois ou quatre...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?