La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Fin d’addiction

juin 2018 | Le Matricule des Anges n°194 | par Thierry Guichard

Écrit au plus près des jours, ce journal d’une désintoxication à l’alcool (version muscadet) oscille entre le rapport (et la mise à distance qu’il implique) et le témoignage intime. Jean-François Marquet s’y livre sans retenue mais aussi sans impudeur et, surtout, sans effet de manche. C’est une voix qui s’installe peu à peu, fragile au premier jour de la cure effectuée en HP. Le sevrage, accompagné de son armée de médicaments, rend difficile la prise de notes. L’auteur et patient, documentariste pour France Culture, se contraint à l’écriture quotidienne et cela, probablement, entre dans le déroulement de sa guérison. Entre le côté Vol au-dessus d’un nid de coucou lié aux scènes répétitives à l’intérieur de l’HP (les insomniaques devant la machine à café, la distribution matinale des médocs, les affreux repas communs) et l’auscultation sensible du patient écrivain, on assiste à une lente renaissance sans avoir à aucun moment le sentiment d’être un voyeur. C’est assez délicat (notamment dans le récit des sorties autorisées auprès de l’aimée, des enfants) et il faut vraiment attendre que le bout du tunnel soit proche pour que l’écriture se fasse gentiment mordante et moqueuse : « Le dîner est un chef-d’œuvre dans le registre du nauséeux. C’est informe, douteux au nez et pire en bouche. Une grande justesse dans le désaccord, un unisson sublime de répugnance. » Mais après tout, la malbouffe ne fait-elle pas partie de la cure : les mauvais plats ne donnent pas envie qu’on les accompagne de bons vins…
T. G.

Déboire, de Jean-François Marquet, Joca Seria, 217 p., 18

Fin d’addiction Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°194 , juin 2018.
LMDA papier n°194
6.50 €
LMDA PDF n°194
4.00 €